Navigation – Plan du site
Recensions

Manar Hammad, Palmyre. Transformations urbaines. Développement d’une ville antique de la marge aride syrienne

Jean-Baptiste Yon
p. 441-442
Référence(s) :

Manar Hammad, Palmyre. Transformations urbaines. Développement d’une ville antique de la marge aride syrienne, Geuthner, Paris, 2010, 22x 28cm, 180 p., 257 ill. en coul., ISBN: 978-2-7053-3834-3.

Texte intégral

  • 1 . «Relier ce qui était séparé présuppose la négation de la séparation. (…) La séparation signifiai (...)

1Manar Hammad propose ici une synthèse sur l’histoire urbaine de Palmyre jusqu’à la période contemporaine incluse. Richement illustré, l’ouvrage ne manquera pas d’intéresser ceux qui s’occupent de l’histoire de Palmyre ou d’histoire de l’urbanisme. Ce qui risque pourtant de dérouter plus d’un lecteur est l’utilisation immodérée d’un vocabulaire en partie issu de la sémiotique et de la linguistique contemporaine (Greimas et al.), dont on peut parfois se demander s’il ne rend pas obscurs des raisonnements ou des conclusions assez simples 1. À cette première difficulté, qui est celle de la simple lecture, s’en ajoute une autre, qui est que la réalisation matérielle de l’ouvrage laisse à désirer (orthographe fautive ou non normalisée —Chaqqas et Šakkās dans la même page [p.62]; typographie: paragraphes, dont certains sur la chronologie —mais pas tous—, dans un corps différent). Le soin réel mis dans l’illustration (Palmyre est un site «photogénique») aurait pu être doublé d’une relecture plus attentive.

2L’A. s’appuie en effet, dans ses raisonnements, principalement sur des photographies personnelles, sur les archives de l’Armée de l’air du Levant de l’époque du mandat français, ainsi que sur des plans nouvellement préparés, et publiés depuis, sous la direction de Kl. Schnädelbach (Topographia Palmyrena 1, Topography, Documents d’archéologie syrienne 18, Damas, 2010). On sera particulièrement intéressé par les données rassemblées sur la gestion de l’eau à Palmyre et sur la manière dont les Palmyréniens ont cherché à maximaliser les ressources. On peut en quelque sorte lire l’histoire de l’approvisionnement en eau, mais aussi de la gestion des crues, comme un résumé de l’histoire de la ville.

  • 2 . Ou même deux akitu, selon l’A. Voir les conclusions contraires de T.Kaizer, The Religious Life o (...)
  • 3 . Par ex., pour les conflits qui opposaient les grandes familles autour du temple de Nabu et qui on (...)

3C’est dans ces notations qu’on trouvera sans doute le plus de neuf, plus peut-être que dans les développements sur l’urbanisme de Palmyre en tant que tel, domaine où beaucoup de choses ont déjà été faites, et où les conclusions de l’A. s’appuient parfois sur des données archéologiques peu sûres (étendue réelle et importance de la «ville hellénistique» au sud du wadi; rôle et surtout trajet des processions éventuelles en lien avec l’akitu de tradition babylonienne 2), tout en reprenant le schéma généralement accepté 3. On y trouvera cependant nombres d’intuitions intéressantes, ainsi pour la localisation du «caravanoport», —autre néologisme comme les affectionne particulièrement l’A.—, c’est-à-dire le lieu où arrivaient les caravanes et où devaient se faire les échanges, au nord de la ville antique. Il s’agit d’une proposition intéressante, déjà faite partiellement par J.-M.Dentzer en1994 dans Syria. La nouveauté apportée par l’A. est de montrer que certaines routes devaient arriver à cet endroit, sans qu’on puisse le prouver autrement que par ce «devaient». Il y a d’ailleurs une sorte de fascination de l’A. pour la force du raisonnement, un éloge de la sémiotique qui fait que, très vite, le raisonnement qui a pour base certains éléments pointant dans une direction donnée se transforme en une démonstration assurée.

4L’ouvrage, malgré ces défauts et la tendance à prendre pour des acquis de la recherche des points qui ne sont encore que des hypothèses, sera certainement utile parce qu’il rassemble une documentation souvent dispersée, propose de nouvelles interprétations de faits connus. Une fois franchi le seuil constitué par une expression ampoulée, le lecteur se voit donc mis en présence de nouveaux éléments de réflexion sur la ville de Palmyre dans la longue durée.

Haut de page

Notes

1 . «Relier ce qui était séparé présuppose la négation de la séparation. (…) La séparation signifiait une négation non-verbale, puisqu’elle s’inscrivait, dans le dur et la durée, que l’une des régions n’était pas l’autre.» (p.33).

2 . Ou même deux akitu, selon l’A. Voir les conclusions contraires de T.Kaizer, The Religious Life of Palmyra (Oriens et Occidens 4), Stuttgart, 2001, p.200 et suivantes (non cité dans la bibliographie). La bibliographie palmyrénienne non-francophone n’est pas mise à contribution de manière très détaillée, en général.

3 . Par ex., pour les conflits qui opposaient les grandes familles autour du temple de Nabu et qui ont joué un rôle dans la mise en place de la grande colonnade, voir déjà M.Sartre, D’Alexandre à Zénobie, Paris, 2001, p.653654.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Yon, « Manar Hammad, Palmyre. Transformations urbaines. Développement d’une ville antique de la marge aride syrienne », Syria, 89 | 2012, 441-442.

Référence électronique

Jean-Baptiste Yon, « Manar Hammad, Palmyre. Transformations urbaines. Développement d’une ville antique de la marge aride syrienne », Syria [En ligne], 89 | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://syria.revues.org/1093

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Revues.org