Navigation – Plan du site
Autres articles

Inscriptions grecques et latines inédites du musée de l’Université du Saint-Esprit à Kaslik (USEK), Liban

Jean-Baptiste Yon
p. 299-308

Résumés

Résumé – Publication des inscriptions grecques et latines de la collection archéologique de l’Université du Saint-Esprit à Kaslik (Liban). Elle est constituée de textes surtout funéraires qui proviennent de Sidon pour quatre d'entre eux, mais aussi d'autres sites du Proche-Orient romano-byzantin.

Haut de page

Texte intégral

1Le musée archéologique de l’Université du Saint-Esprit à Kaslik contient une petite collection d’inscriptions grecques et latines données à l’Université dans les années 1990, avant d’être transférées au musée à sa création en 2011.

Dédicace

1. Monument avec autel et bétyle

  • 1 Toutes les dimensions sont données en cm.

2Inv. 3748 (fig. 1). Monument cassé à gauche, en calcaire jaunâtre ; la partie droite semble complète. Restes d’un petit autel à bucrane à côté d’un bétyle ovoïde. L’arrière est seulement dégrossi. Inscription sur une plinthe au-dessous. 27 x 23 x 16. Plinthe 4,5 x 21. H.l. 2,5 1.

[- - - ἀνέθη]κε ΚΑΙΟΕ[.]

La troisième lettre est différente de la première et peut être soit un kappa avec deux branches droites et courtes, soit un béta. À la fin peut-être petit oméga au-dessus de la ligne ou bien phi ? Restes difficilement interprétables. Sans aucun doute une dédicace religieuse païenne. L’écriture est d’époque romaine.

Figure 1.

Figure 1.

Monument avec autel et bétyle. Inv. 3748, Musée archéologique de l’USEK

© J.-B. Yon

Cippes sidoniens

  • 2 Année 140 : d’après Rey-Coquais 2000, p. 817 ; Année 206 : cippe du Musée des Beaux-Arts à Lyon, P (...)

3Les cippes de Sidon, bien reconnaissables aussi bien par leur formulaire que par la forme du support, sont les monuments funéraires typiques des nécropoles de la ville et ils constituent plus des deux tiers des 700 inscriptions grecques environ de Sidon. Ils sont donc un témoignage précieux sur la société de la cité et sa population à l’époque romaine. La petite colonnette, cylindrique ou plus aplatie, surmonte une base parallélépipédique. Il est rare que le monument fasse plus de 40 cm. L’inscription grecque gravée sur la base est généralement succincte, avec le nom du défunt, une courte formule d’éloge et l’âge du défunt. Les rares dates données par les textes eux-mêmes s’échelonnent entre 140 et 206 apr. J.-C. 2. Les collections les plus importantes se trouvent au Musée national de Beyrouth, à celui de l’Université américaine de Beyrouth et, hors du Liban, au musée du Louvre et au Musée archéologique d’Istanbul.

2. Cippe funéraire de Alaphi

4Inv. 3749 (fig. 2). Cippe en marbre gris bleu recouvert de concrétion. Base quadrangulaire, petite colonnette décorée d’une couronne schématique au sommet. Nombreuses éraflures et cassures modernes. H. 38,5. Base 12,5 x 19,3 x 19,5. H.l. 1,8 (Ζ) à 3,9 (Φ).

Αλαφι
χρηστὴ καὶ
ἄλυπε ζήσασ̣<α>
4 ἔτη νε´.

« Alaphi excellente et qui n’a pas causé de peine. Ayant vécu 55 ans. »

Trait horizontal pour signaler les chiffres. L. 1. Le nom pourrait être Αλαφη. Ligature sigma-tau l. 2. L. 3. ζήσας̣ sur la pierre, au lieu de ζήσασα, si le nom du défunt est bien féminin.

Figure 2.

Figure 2.

Cippe funéraire de Alaphi. Inv. 3749, Musée archéologique de l’USEK

© J.-B. Yon

  • 3 Contenau 1920, p. 223-226.
  • 4 Gregg & Urman 1996, p. 255, no 213.
  • 5 Sartre 1975, p. 154.

5Ce nom sémitique est à rapprocher de Αλαφαθα, attesté à Sidon, comme nom féminin 3. La racine sémitique ḥlp « remplacer, succéder » est assez productive dans l’onomastique du Proche-Orient : voir à Palmyre, Αλαφαθας, ḥlptʾ en araméen (texte bilingue IGLS XVII, 257), nom masculin, comme Alafes, nom d’un soldat de l’Ala ueterana Gallica à Alexandrie (Rom. Mil. Rec. 80 = ChLA III, 203) ; au féminin, Αλαφω 4 (SEG 46, 1983, 7). Le parallèle le plus proche est sans doute, comme me le signale M. Sartre, un Αλαπι d’une inscription de Maurétanie Tingitane, mais c’est un nom visiblement masculin : SEG 13, 622, Μαγνι Αλαπι τῶν Μαζαβανα 5.

3. Cippe funéraire de Diodôros

6Inv. 3223 (fig. 3). Cippe de marbre ou de calcaire dur. Base quadrangulaire, petite colonnette. Au sommet, la couronne est décorée d’une rosette en forme de losange plus large que haut. H. 45. Base 19 x 19 x 14,5. H.l. 1,2 à 2,5.

Διοδώρε
χρησταὶ
καὶ ἄλυπαι
4 χαῖρε ζήσας
ἔτη ξς´.

« Diodôros excellent et qui n’a pas causé de peine, adieu ! Ayant vécu 66 ans. »

Notation de epsilon par αι aux l. 2-3.

Figure 3.

Figure 3.

Cippe funéraire de Diodôros. Inv. 3223, Musée archéologique de l’USEK

© J.-B. Yon

  • 6 Par ex. Dain 1933, p. 103, no 101, repris SEG 7, 284.

7Nom banal et déjà attesté à Sidon 6.

4. Cippe funéraire de Dôrotheos

8Inv. 3222 (fig. 4). Cippe de marbre blanc, recouvert de concrétions brunes. Base quadrangulaire, petite colonnette ; la couronne porte une rosette en losange, comme le cippe précédent. H. 34,5. Base 17 x 17,5 x 10,5. H.l. 1,3 à 2,5.

Δωρόθεε
χρηστὲ χε-
ρε ζήσας
4 ἔτη μς´.

« Dôrotheos excellent, adieu ! Ayant vécu 46 ans. »

L. 2-3. Lire χαῖρε. Trait horizontal pour signaler les chiffres.

Figure 4.

Figure 4.

Cippe funéraire de Dôrothéos. Inv. 3222, Musée archéologique de l’USEK

© J.-B. Yon

9Nom banal, connu sous la forme féminine à Sidon, au MNB, Inv. 12545 (inédit).

5. Cippe funéraire de Fabius Honoratus

10Inv. 3224 (fig. 5). Cippe de marbre blanc jaunâtre. La face avant de la base quadrangulaire est endommagée à droite. La petite colonnette est décorée au sommet d’une couronne plus élaborée que celles des trois autres cippes. L. 5. Petite feuille entre ἔτη et le chiffre. H. 45. Base 17 x 22 x 22,5. H.l. 1,8 à 4,3 (φ).

Φάβιε Ὁν-
ωρατὲ χρησ-
τὲ καὶ ἄλυπε
4 χαῖρε ζήσας
ἔτη πδ´.

Figure 5.

Figure 5.

Cippe funéraire de Fabius Honoratus. Inv. 3224, Musée archéologique de l’USEK

© J.-B. Yon

  • 7 Rey-Coquais 2000, p. 827.
  • 8 Quelques exemples dans différentes régions et divers milieux, CIL VI, 1343 (p. 3141, 3805, 4683), (...)

11Fabius Honoratus est citoyen romain, catégorie assez bien représentée à Sidon. Toutefois, les Fabii ne sont pas autrement attestés dans cette cité 7 et ils sont plutôt rares au Proche-Orient : à Zeugma, Λούκιος Φάβιος Τραϊανός (SEG 26, 1507). Il est possible que ce citoyen mort à Sidon tienne son gentilice du légat de Syrie, Fabius Iustus (en 108-109 ; PIR2 F 41), mais ce n’est pas certain. Plusieurs Fabii Honorati homonymes sont connus dans le monde romain sans qu’il soit nécessaire de faire un rapprochement prosopographique 8.

Inscriptions funéraires diverses

6. Inscription de Barbesamèn

12Inv. 3226 (fig. 6). Linteau de basalte. 26 x 102 x 13. H.l.  4 à 6 cm.

13Texte incomplet en bas : il se poursuivait peut-être sur un second bloc, à moins que quelques traces en bas à gauche ne correspondent au sommet des lettres d’une quatrième ligne.

Ἔτους εqχ´ Ξανδικοῦ ι´.
Εἷς
Θεὸς ὁ βοηθῶν
Βαρβεσε
μην καὶ Μοκ-
4 [ιμου ? - - -]

« Année 695, au mois de Xandikos, le 10. Un seul dieu qui vient en aide. Barbesemèn et Mok[imos ? - - -]. »

L. 2. Le omicron de βοηθῶν a une forme curieuse, ronde et d’un module plus petit, si on le compare à l’article ὁ qui précède ou aux omicron de la ligne précédente. Peut-être s’agit-il d’un remords du lapicide qui aurait d’abord inscrit une autre lettre avant de se corriger.

Figure 6.

Figure 6.

Inscription de Barbesamèn. Inv. 3226, Musée archéologique de l’USEK

© J.-B. Yon

14La date correspond au 10 avril 384, selon l’ère des Séleucides, utilisée dans la région de Homs (voir commentaire).

  • 9 Voir maintenant Peterson [& Markschies] 2012, pour un corpus complet des attestations, et p. 370-3 (...)

15L’acclamation Εἷς Θεός apparaît à cette période chez les chrétiens comme chez les juifs et elle est très fréquente au Proche-Orient 9.

  • 10 Doura, P. Dura 100 et 101 ; Hatra, H 291 et 314 ; Harran, P. Euphr. 10 et P. Dura 28.

16Le nom du premier personnage est un théophore, courant à l’époque romaine (Doura, Hatra, Harran 10), du dieu Baʿalšamīn d’où la finale en ν, qui pourrait paraître étonnante. Bien qu’ici il n’y ait pas de signe évident de christianisme (croix ou onomastique), il est tout à fait possible qu’il soit utilisé pour un chrétien. Ce phénomène n’est pas étonnant et par ailleurs bien attesté dans la littérature syriaque. Le même nom est ainsi porté par un évêque de Séleucie-Ctésiphon et martyr (brbʿšmyn) : Bedjan, Acta Martyrum et Sanctorum II, p. 296-303 ; Bar Hebraeus, Chronicon eccl. II, 13 (p. 39, éd. Abbeloos et Lamy) ; voir aussi Sozomène, HE II, 13, 7 (Βαρβασύμης), à propos du même.

17Μοκ– doit être le début du nom très fréquent Μοκιμος (sémitique mqymw) qui apparaît dans l’onomastique grecque de l’ensemble du Proche-Orient romain (d’Antioche au Hauran au moins). Le matériau utilisé ainsi que ce nom pourraient faire supposer que l’inscription vient du Hauran, mais la date ne peut-être calculée selon l’ère de la province d’Arabie — ce qui donnerait 801 apr. J.-C. ! — et le nom Βαρβεσεμην incite à préférer des zones plus septentrionales. On sait que certaines régions de l’Émésène sont basaltiques (voir aussi le suivant).

7. Épitaphe de Bassos

18Inv.  3741 (fig. 7). Plaque de basalte. Complet à l’exception de l’angle inférieur droit. L’arrière a été sciée à l’époque contemporaine pour alléger la pierre. En haut, décor symétrique autour d’un cercle en forme de théta. En bas, petit cadre à queues d’aronde, décoré d’un triangle (?). Entre les deux décors, trois lignes de grec. 54,5 x 34,5 x 6,5. H.l. 5,5 à 6.

Βασσος
Αλασα-
θου ἐτ(ῶν)
4 λ´.

« Bassos, fils d’Alasathos, 30 ans. »

L. 4. le cadre à queues d’aronde contient l’âge du défunt et non un simple décor, à lire lambda plutôt que delta. Dans l’hypothèse improbable où θου, l. 3, représentait une date — mais ἔτ(ους) suit rarement le chiffre —, celui-ci serait 479, ce qui correspondrait à 585 apr. J.-C., selon l’ère de la province d’Arabie, une date assez tardive, mais pas impossible : voir par ex., à Samra, Bull. ép. 2009, 525, daté de 562-563 apr. J.-C., avec toutefois un formulaire — chrétien — différent.

Figure 7.

Figure 7.

Épitaphe de Bassos. Inv.  3741, Musée archéologique de l’USEK

© J.-B. Yon

  • 11 A. et M. Sartre me signalent dans le sud du Hauran des palmes semblables à Dhibin (IGLS XVI, 1214) (...)
  • 12 Voir aussi dans le Golan, Gregg & Urman 1996, p. 233, no 189, avec photographie (SEG 46, 1995, 15) (...)

19L’onomastique permet de préférer la Syrie du Sud, dans la province romaine d’Arabie, ou, moins probablement, le Golan, plutôt que la région de l’Émésène (nord du Liban actuel, alentours de Homs en Syrie), toutes régions où l’usage du basalte est très fréquent. De même, la forme de la pierre et le décor ont de bons parallèles dans le sud du Hauran 11 ou le Golan. Βασσος est bien connu, c’est un nom latin, souvent adopté en raison de sa ressemblance avec un anthroponyme sémitique ; Αλασαθος bien attesté (I. Jordanie V/1, 82, 175-177, 481 12) est plus fréquent que Αλασας (I. Jordanie V/1, 638).

20Les trois inscriptions suivantes pourraient bien être des faux. Si tel était le cas, aucune d’entre elle ne semble reposer sur un exemplaire connu par ailleurs. Le décor et la forme des deux premières (en particulier l’épitaphe de Germanè, 9) n’ont pas de parallèle très proche. Il est possible aussi qu’un jour apparaissent ailleurs les inscriptions encore inédites qui auraient servi de modèles à ces trois pierres.

8. Stèle funéraire d’Abidleos, fils de Julianus

21Inv. 3744 (fig. 8). Stèle funéraire cintrée en calcaire rosâtre. Le champ épigraphique est situé dans la moitié inférieure, sous une sorte d’édicule et au-dessus d’une corbeille assez schématique. 70 x 20 x 5,5. Champ épigraphique 12 x 18,5. H.l. 1,6 à 3,2.

Σ<τ>ήλη Α-
βιδλεο-
υ Ἰουλιαν-
4 οῦ.

« Stèle d’Abidleos, fils de Julianus. »

L. 1. Le tau a la forme d’un pi à deux hastes non parallèles. L. 3. Le premier upsilon semble un ajout. Le nu est inversé (comme un И cyrillique).

Figure 8.

Figure 8.

Stèle funéraire d’Abidléos, fils de Julianus. Inv. 3744, Musée archéologique de l’USEK

© J.-B. Yon

  • 13 Liban Nord, Ghadban 1975-1976, p. 573.
  • 14 Tubach 2005, p. 265.

22Le nom Αβεδλαας est connu : à Akroum 13 ; à Niha dans la Beqaʿ (SEG 40, 1418b) ; Αβιδλαας à Baalbek (IGLS VI, 2817) ; Abedlahas/Abidlahas (pour le même individu) à Doura (P. Dura 100 xxii, 11, et 101 xvii, 18). Les transcriptions Αβιδ- ou Αβεδ- refléteraient une tradition araméenne, tandis que Αβδ- serait plutôt arabe 14. Elles sont en tout cas typiques d’une zone de Syrie centrale de la Beqaʿ et ses environs à l’Apamène et jusqu’à Doura sur l’Euphrate.

23L’usage veut qu’en Syrie du Nord la corbeille décore les stèles funéraires de femmes, ce qui ne semble pas le cas ici. Ce pourrait être un argument de plus pour considérer l’objet comme un faux.

9. Épitaphe de Germanè

24Inv. 3743 (fig. 9). Stèle cintrée en calcaire jaunâtre. Au sommet, palme horizontale au-dessus d’une guirlande et d’une rosace. La partie de la guirlande située à gauche forme une double boucle sous la rosace, ressemblant à une sorte de nœud de chaise. Au-dessous, main supine et inscription dans un cadre à queues d’aronde assez grossier. 74 x 34 x 5. Cadre inscrit 10 x 17,5. H.l. 2,5 env.

Γερμα-
νή.

« Germanè ».

Figure 9.

Figure 9.

Épitaphe de Germanè et détail. Inv. 3743, Musée archéologique de l’USEK

© J.-B. Yon

25Cognomen latin banal ou adaptation d’un nom sémitique qui lui ressemble phonétiquement, mais apparemment inconnu au Proche-Orient sous cette forme féminine.

26Le décor assez complexe, mais réalisé médiocrement, est plutôt curieux.

Inscription latine

10. Inscription funéraire d’un ancien centurion

27Inv. 3745 (fig. 10). Plaque de grès rose. En haut et en bas, traces de sciage mécanique récent. Texte dans un cadre. 57 x 38 x 7. H.l. 5,5 à 6.

D(is) M(anibus) s(acrum)
Iulio Ur-
bano ex
4 centuri-
one de n-
umero.

« (Monument) consacré aux dieux mânes, (pour) Julius Urbanus, ancien centurion d’un numerus. »

Points de séparation entre les mots (sauf entre de et numero). Le cadre est incomplet en bas en raison du sciage. Néanmoins, l’espace laissé libre sous la ligne 6 n’était pas inscrit et le texte semble donc complet : le nom du numerus (« détachement, unité », au sens large) n’est pas mentionné.

Figure 10.

Figure 10.

Inscription funéraire d’un ancien centurion. Inv. 3745, Musée archéologique de l’USEK

© J.-B. Yon

  • 15 Par ex. IGLS XIII/1, 9174, à compléter par IGLS XIII/2, p. 19.
  • 16 Voir par ex. CIL VIII, 18008 (al-Kantara), Q(uintus) Vettius Iustus (centurio) leg(ionis) III Aug( (...)

28L’expression de numero + nom de l’unité est plutôt tardive (ive-ve s.) 15, ce que l’aspect de l’écriture n’exclut pas totalement. L’expression la plus fréquente avec le grade de centurion est généralement centurio praepositus numeri + nom de l’unité (souvent un ethnique) 16. L’absence du nom de l’unité, l’expression non attestée par ailleurs font partie d’un faisceau de présomptions qui pourraient laisser supposer qu’il s’agit là aussi d’un faux. La pierre utilisée, du grès rose, pourrait indiquer une origine dans le sud de la Jordanie, entre Pétra et la mer Rouge.

29Pour le nom, voir le témoin des diplômes militaires Ti(berius) Iulius Urbanus (par ex. AE 2004, 1898), à l’époque de Trajan, ou bien C(aius) Iul(ius) Urbanus, vétéran de la légio VII Gem(ina) P(ia) F(elix) (CIL II, 3588). Aussi bien le gentilice que le cognomen sont très fréquents.

Je tiens à remercier Grace Homsy, alors responsable du musée, qui m’a renseigné sur l’origine des collections : il n’existe malheureusement pas d’archives sur les conditions d’arrivée des pierres au musée. Ces remerciements vont également à Joseph Moukarzel, directeur de la Bibliothèque de l’USEK, qui m’a autorisé à étudier cette collection, ainsi qu’à mes collègues, Julien Aliquot, Pierre-Louis Gatier, Annie Sartre-Fauriat et Maurice Sartre qui ont eu la gentillesse de relire cet article.

Haut de page

Bibliographie

Contenau (G.) 1920 « Mission archéologique à Sidon (1914) », Syria 1, p. 16-55, 108-154, 198-229, 287-317.

Dain (A.) 1933 Inscriptions grecques du musée du Louvre, les textes inédits, Paris.

Ghadban (C.) 1975-1976 « Deux inscriptions inédites de Djebel Akrum dans le haut Akkar (Liban) », MUSJ 49, p. 566-578.

Gregg (R. C.) & Urman (D.) 1996 Jews, Pagans and Christians in the Golan Heights: Greek and other Inscriptions of the Roman & Byzantine Eras (South Florida Studies in the History of Judaism 140), Atlanta.

Peterson (E.) [& Markschies (C.)] 2012 Heis Theos, Epigraphische, formgeschichtliche und religionsgeschichtliche Untersuchungen, Würzburg [rééd. augm. de l’original de 1926].

Rey-Coquais (J.-P.) 2000 « Inscriptions inédites de Sidon », G. Paci (éd.), Ἐπιγραφαί, Miscellanea epigrafica in onore di Lidio Gasperini, Tivoli, p. 799-832.

Sartre (M.) 1975 « Sur quelques noms sémitiques relevés en Maurétanie Tingitane », Antiquités africaines 9, p. 153-156 (= Sartre 2014, p. 79-83).

Sartre (M.) 2014 L’historien et ses territoires. Choix d’articles (Ausonius Scripta Antiqua 70), Bordeaux.

Tubach (J.) 2005 « Die Tradition über den Ursprung der späteren reichskirchlichen Gemeinde von Edessa. Zur Etymologie des Namens Plwṭ », M. Tamcke & A. Heinz (éd.), Die Suryoye und ihre Umwelt: 4. deutsches Syrologen-Symposium in Trier 2004. Festgabe Wolfgang Hage zum 70. Geburtstag (Studien zur orientalischen Kirchengeschichte 36), Münster, p. 247-266.

Haut de page

Notes

1 Toutes les dimensions sont données en cm.

2 Année 140 : d’après Rey-Coquais 2000, p. 817 ; Année 206 : cippe du Musée des Beaux-Arts à Lyon, P.-L. Gatier, dans le Bull. ép. 2005, 520, et SEG 57, 1805.

3 Contenau 1920, p. 223-226.

4 Gregg & Urman 1996, p. 255, no 213.

5 Sartre 1975, p. 154.

6 Par ex. Dain 1933, p. 103, no 101, repris SEG 7, 284.

7 Rey-Coquais 2000, p. 827.

8 Quelques exemples dans différentes régions et divers milieux, CIL VI, 1343 (p. 3141, 3805, 4683), Q(uintus) Fabius Honoratus ; CIL VII, 588 = RIB I, 1482 : Fabius Honoratus tribun(us) coh(ortis) I Vangion(um) ; CIL VIII, 12377, Fabius Honoratus (liste de publicains) ; 26249, Faus[to(?)] Fabio H[onor]ato m(agistris) p(agi).

9 Voir maintenant Peterson [& Markschies] 2012, pour un corpus complet des attestations, et p. 370-372, pour un résumé des débats sur l’origine de la formule ; déjà Bull. ép. 1995, 633.

10 Doura, P. Dura 100 et 101 ; Hatra, H 291 et 314 ; Harran, P. Euphr. 10 et P. Dura 28.

11 A. et M. Sartre me signalent dans le sud du Hauran des palmes semblables à Dhibin (IGLS XVI, 1214) et à Anz (XVI, 1298, 1305, 1309).

12 Voir aussi dans le Golan, Gregg & Urman 1996, p. 233, no 189, avec photographie (SEG 46, 1995, 15) : tombe d’Alasathas [référence que m’indique J. Aliquot].

13 Liban Nord, Ghadban 1975-1976, p. 573.

14 Tubach 2005, p. 265.

15 Par ex. IGLS XIII/1, 9174, à compléter par IGLS XIII/2, p. 19.

16 Voir par ex. CIL VIII, 18008 (al-Kantara), Q(uintus) Vettius Iustus (centurio) leg(ionis) III Aug(ustae) praepo(situs) n(umeri) Pal(myrenorum).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Monument avec autel et bétyle. Inv. 3748, Musée archéologique de l’USEK
Crédits © J.-B. Yon
URL http://syria.revues.org/docannexe/image/2950/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Figure 2.
Légende Cippe funéraire de Alaphi. Inv. 3749, Musée archéologique de l’USEK
Crédits © J.-B. Yon
URL http://syria.revues.org/docannexe/image/2950/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre Figure 3.
Légende Cippe funéraire de Diodôros. Inv. 3223, Musée archéologique de l’USEK
Crédits © J.-B. Yon
URL http://syria.revues.org/docannexe/image/2950/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Titre Figure 4.
Légende Cippe funéraire de Dôrothéos. Inv. 3222, Musée archéologique de l’USEK
Crédits © J.-B. Yon
URL http://syria.revues.org/docannexe/image/2950/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Titre Figure 5.
Légende Cippe funéraire de Fabius Honoratus. Inv. 3224, Musée archéologique de l’USEK
Crédits © J.-B. Yon
URL http://syria.revues.org/docannexe/image/2950/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre Figure 6.
Légende Inscription de Barbesamèn. Inv. 3226, Musée archéologique de l’USEK
Crédits © J.-B. Yon
URL http://syria.revues.org/docannexe/image/2950/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Figure 7.
Légende Épitaphe de Bassos. Inv.  3741, Musée archéologique de l’USEK
Crédits © J.-B. Yon
URL http://syria.revues.org/docannexe/image/2950/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Titre Figure 8.
Légende Stèle funéraire d’Abidléos, fils de Julianus. Inv. 3744, Musée archéologique de l’USEK
Crédits © J.-B. Yon
URL http://syria.revues.org/docannexe/image/2950/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Figure 9.
Légende Épitaphe de Germanè et détail. Inv. 3743, Musée archéologique de l’USEK
Crédits © J.-B. Yon
URL http://syria.revues.org/docannexe/image/2950/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Figure 10.
Légende Inscription funéraire d’un ancien centurion. Inv. 3745, Musée archéologique de l’USEK
Crédits © J.-B. Yon
URL http://syria.revues.org/docannexe/image/2950/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Yon, « Inscriptions grecques et latines inédites du musée de l’Université du Saint-Esprit à Kaslik (USEK), Liban », Syria, 92 | 2015, 299-308.

Référence électronique

Jean-Baptiste Yon, « Inscriptions grecques et latines inédites du musée de l’Université du Saint-Esprit à Kaslik (USEK), Liban », Syria [En ligne], 92 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://syria.revues.org/2950

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Yon

CNRS, UMR 5189 HiSoMA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Revues.org