Navigation – Plan du site
Dossier : L’épigraphie grecque et latine au Proche-Orient (Jordanie, Liban, Syrie)

Introduction

Julien Aliquot, Pierre-Louis Gatier et Jean-Baptiste Yon
p. 13-15

Texte intégral

1Le programme des Inscriptions grecques et latines de la Syrie (IGLS) constitue l’un des très rares projets internationaux d’épigraphie confiés à une institution de recherche française. Placé sous la responsabilité de l’UMR 5189 HiSoMA (Histoire et Sources des Mondes Antiques, CNRS/Université de Lyon 2), il vise à réunir de manière systématique toutes les inscriptions grecques et latines de la Jordanie, du Liban et de la Syrie, des documents qui permettent de construire l’histoire du Proche-Orient entre l’époque d’Alexandre le Grand (ive s. av. J.-C.) et les débuts de l’islam (viiie s. apr. J.-C.).

2Le premier volume de la série des IGLS avait été publié en 1929. Au long de son histoire, le programme, engagé par les Pères jésuites de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, a fortement évolué. Depuis les années 1960, il est rattaché à l’Université Lyon 2. L’Institut français du Proche-Orient (Ifpo, CNRS/MAE) et, auparavant, les deux institutions dont il est l’héritier, l’Institut de Beyrouth, puis son successeur, l’Institut français d’archéologie du Proche-Orient, n’ont jamais interrompu un soutien qui se manifeste en particulier par l’accueil de la série dans la BAH (Bibliothèque archéologique et historique). Avec la parution récente de six volumes des IGLS entre 2008 et 2014, en plus du Choix d’inscriptions grecques et latines de la Syrie (2009), le programme connaît aujourd’hui un renouveau certain. En parallèle, d’autres entreprises savantes ont abouti à la publications de corpus d’inscriptions rédigées dans les différentes langues utilisées au Proche-Orient dans l’Antiquité. La conjonction de ces travaux, qui témoignent de la vitalité de la recherche actuelle sur l’épigraphie proche-orientale, a justifié l’organisation du colloque international de Lyon, dont les actes constituent le présent dossier.

3Sous le patronage de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Institut de France), le colloque avait pour objectif de réunir, autour des plus hautes autorités archéologiques de la Jordanie, du Liban et de la Syrie, la Directrice du laboratoire HiSoMA, directrice du programme des IGLS, les représentants de l’Ifpo, éditeur des IGLS, et les membres de l’équipe des IGLS, ainsi que des chercheurs venus d’Europe et du Proche-Orient pendant deux journées, les 20 et 21 février 2015. Il visait plus particulièrement à faire le point des avancées récentes concernant l’épigraphie grecque et latine dans le périmètre géographique des IGLS. À l’heure où les pays de la région connaissent des bouleversements sans précédent, il s’agissait aussi de renforcer le réseau scientifique des épigraphistes du Proche-Orient. La présentation d’inscriptions inédites et de dossiers épigraphiques en cours a été l’occasion de faire avancer les connaissances et de diffuser l’information. Alors que l’édition des recueils d’inscriptions peut bénéficier des innovations apportées par les technologies actuelles, le colloque concernait également la mise à jour des programmes et des méthodes de publication.

4La participation des Directeurs des Antiquités de la Jordanie, du Liban et de la Syrie a permis de renouveler les accords passés entre les responsables successifs du programme des IGLS et les autorités archéologiques des trois pays concernés. Le Dr Munther Al-Jamhawi, Directeur Général du Département des Antiquités de la Jordanie, et M. Sarkis Khoury, Directeur Général des Antiquités du Liban, nous ont fait l’honneur de présenter un bilan de l’épigraphie grecque et latine dans leur pays, en ouvrant de nouvelles perspectives de coopération. Retenu par d’autres obligations, le Professeur Maamoun Abdulkarim, Directeur Général des Antiquités et des Musées de la Syrie, a tenu lui aussi à nous faire part de son soutien et à saluer l’organisation de cette réunion scientifique. Mme Véronique Chankowski, Directrice du laboratoire HiSoMA et directrice du programme des IGLS, et M. Frédéric Alpi, Directeur scientifique pour l’archéologie et l’histoire de l’Antiquité à l’Ifpo, ont quant à eux animé les échanges scientifiques et participé à une réunion en comité plus restreint avec les membres de l’équipe des IGLS et les Directeurs des Antiquités. Cela a été l’occasion de redéfinir les orientations de travail de terrain et de publication des quatre prochaines années. Les questions capitales de l’édition électronique et des liens entre les IGLS et les autres programmes éditoriaux, dont celui des Inscriptions grecques du Louvre, ont ainsi été abordées.

5Les articles ici réunis concernent pour la plupart des dossiers syriens (F. Alpi, J.-C. Balty, J.-C. Decourt, D. Feissel, R. Haensch, M. Sartre, A. Sartre-Fauriat, W. Van Rengen), ce qui peut contribuer à préserver et à valoriser la documentation sur des éléments d’un patrimoine extrêmement menacé à l’heure actuelle. D’autres ont trait à la Jordanie (J. Aliquot, N. Bader) ou au Liban (J.-P. Rey-Coquais, J.-B. Yon). Au-delà des bilans par pays, la grande diversité chronologique et thématique des questions abordées constitue l’un des succès du colloque. Le hasard a voulu que de nombreuses contributions portent sur l’histoire de l’armée romaine au Proche-Orient, mais les actes du colloque de Lyon font également le point sur des corpus de sites (J.-C. Decourt, M. Sartre, A. Sartre-Fauriat, sur Liftāyā, Namāra et Imtān en Syrie), sur des questions de formulaire (R. Haensch, sur le thème de la securitas) et de rhétorique religieuse (P. Faure, N. Mathieu et B. Rémy, sur la célèbre dédicace bilingue versifiée de Vaison-la-Romaine au grand dieu d’Apamée), sur des inscriptions « errantes » (J.-P. Rey-Coquais), sur le rapport entre les textes et l’iconographie (J.-C. Balty, à propos des stèles de militaires à Apamée), ou encore — cas le plus fréquent — sur un ou plusieurs textes inédits ou révisés provenant de sites précis (J. Aliquot à Azraq, F. Alpi à Cyrrhus, N. Bader à ʿAjlun et aux environs, D. Feissel à Ruwayb, W. Van Rengen à Apamée, J.-B. Yon à Sidon).

6Nous tenons pour finir à remercier les institutions et les personnes qui ont rendu possible l’organisation du colloque de Lyon et la publication de ses actes. L’ensemble du projet s’appuie, naturellement, sur le laboratoire HiSoMA, par l’intermédiaire de son secrétaire général, Philippe Billoux, qui s’est chargé avec efficacité du suivi administratif et financier. Le support notable de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) a été décisif ; il doit être salué. Le colloque a aussi bénéficié du soutien de l’Université de Lyon 2, confirmé par le discours de bienvenue de son Président, M. Jean-Luc Mayaud ; celui de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, en la personne de M. Jean-Marie Dentzer ; celui de l’Ifpo ; ceux de la métropole du Grand Lyon et de l’Association des Amis de la Maison de l’Orient. Nous sommes enfin reconnaissants à la rédaction de Syria d’avoir accepté que les actes de cette manifestation scientifique soient publiés dans un dossier de la revue.

Liens utiles

7Page web du colloque [23/05/2016] : http://www.hisoma.mom.fr/​recherche-et-activites/​rencontres-scientifiques/​colloque-IGLS-2015

8Le programme des IGLS [23/05/2016] : http://www.hisoma.mom.fr/​recherche-et-activites/​inscriptions-grecques-et-latines-de-la-syrie

9L’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), éditeur du corpus [23/05/2016] : http://www.ifporient.org/​

Haut de page

Bibliographie

AE L’Année épigraphique, publié dans la Revue archéologique, 1888-1961, puis sous la forme de volumes indépendants, Paris.

AIJ V. Hoffiller & B. Saria, Antike Inschriften aus Jugoslawien, 1, Noricum und Pannonia superior, Zagreb, 1938 (Amsterdam, 1970).

ANRW W. Haase & H. Temporini (éd.), Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, Berlin et New York, depuis 1972.

BAAL Bulletin d’archéologie et d’architecture libanaises, Beyrouth.

BAH Bibliothèque archéologique et historique, Paris, puis Beyrouth.

Bull. ép. Bulletin épigraphique de la Revue des études grecques, depuis 1888.

CFA J. Scheid, Commentarii Fratrum Arvalium qui supersunt. Les copies épigraphiques des protocoles annuels de la confrérie Arvale (21 av.-304 ap. J.C.), Rome, 1998.

CIL Corpus inscriptionum latinarum, Berlin, depuis 1863.

CLE F. Bücheler & E. Lommatzsch (éd.), Carmina latina epigraphica, Leipzig, 1930.

CSIR Corpus Signorum Imperii Romani.

CUF Collection des Universités de France, Paris.

ÉPRO Études préliminaires aux religions orientales dans l’Empire romain, Leyde.

I. Fayoum É. Bernand, Recueil des inscriptions grecques du Fayoum, Leyde et Paris, 1975-1981.

I. Jordanie Inscriptions de la Jordanie (Inscriptions grecques et latines de la Syrie XXI), Paris, puis Beyrouth, depuis 1986.

I. Perge S. Şahin, Die Inschriften von Perge, I-II (Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien 54 et 61), Bonn, 1999-2004.

I. Sestos J. Kraus, Die Inschriften von Sestos und der thrakischen Chersones (Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien 19), Bonn, 1980.

I. Tyana I D. Berges & J. Nollé, Tyana. Archäologisch-historiche Untersuchungen zum südwestlichen Kappadokien, I (Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien 55/1), Bonn, 2000.

IBR F. Vollmer, Inscriptiones Baivariae Romanae, sive inscriptiones provinciae Raetiae adiectis Noricis Italicisve, Munich, 1915.

ICI G. Cuscito, Regio XI. Mediolanum, Inscriptiones Christianae Italiae septimo saeculo antiquiores, Bari, 2009.

IGBulg Inscriptiones graecae in Bulgaria repertae, Sofia, depuis 1958.

IGF J.-C. Decourt, Inscriptions grecques de la France (TMO 38), Lyon, 2004.

IGLMusBey J.-B. Yon & J. Aliquot, Inscriptions grecques et latines du Musée national de Beyrouth, à paraître.

IGLS Inscriptions grecques et latines de la Syrie, Paris, puis Beyrouth, depuis 1929.

IGPannonia P. Kovács, Corpus inscriptionum graecarum Pannonicarum (Hungarian Polis Studies 8), Debrecen, 2001.

IGR R. Cagnat et al., Inscriptiones graecae ad res romanas pertinentes, Paris, 1906-1927.

IGVR L. Moretti, Inscriptiones Graecae Vrbis Romae, Rome, 1968-1990.

ILA Sant. L. Maurin, Inscriptions Latines d’Aquitaine. Santons, Bordeaux, 1994.

ILAfr. R. Cagnat, A. Merlin & L. Chatelain, Inscriptions latines d’Afrique (Tripolitaine, Tunisie, Maroc), Paris, 1923.

ILAlg. Inscriptions latines de l’Algérie, Paris, depuis 1922.

ILLPRON Inscriptionum Lapidarium Latinarum Provinciae Norici usque ad annum MCMLXXXIV repertarum indices, Berlin, 1986.

ILN Inscriptions latines de Narbonnaise, Paris, depuis 1985.

ILTG P. Wuilleumier, Inscriptions latines des Trois Gaules (Gallia Suppl. 17), Paris, 1963.

ILTun. Inscriptions latines de la Tunisie, Paris, 1944.

LGPN P. M. Frazer, E. Matthews et al., A Lexicon of Greek Personal Names, Oxford, 1987-2014.

LIMC Lexicon iconographicum mythologiae classicae, Zurich, Munich et Düsseldorf, 1981-2009.

LSJ H. G. Liddell, R. Scott, H. S. Jones et al., A Greek-English Lexicon, with a Supplement, Oxford, 1996.

PAES III A E. Littmann, D. Magie & D. R. Stuart, Publications of the Princeton University Archaeological Expeditions to Syria, III, Greek and Latin Inscriptions, A, Southern Syria, Leyde, 1921.

PEQ Palestine Exploration [Fund] Quarterly [Statement].

PLRE The Prosopography of the Later Roman Empire, Cambridge, 1971-1992.

RIB R. G. Collingwood, R. P. Wright & S. Tomlin, The Roman Inscriptions of Britain, Oxford, depuis 1965.

RIG Recueil des inscriptions gauloises, Paris, depuis 1985.

RIU Die römischen Inschriften Ungarns, Budapest, depuis 1972.

SEG Supplementum epigraphicum graecum, Leyde, Alphen aan den Rijn, Amsterdam, depuis 1923.

TAM Tituli Asiae Minoris, Vienne, depuis 1901.

Tit. Aq. P. Kovács & Á. Szabó, Tituli Aquincenses, Budapest, depuis 2009.

TLL Thesaurus linguae latinae.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Aliquot, Pierre-Louis Gatier et Jean-Baptiste Yon, « Introduction », Syria, 93 | 2016, 13-15.

Référence électronique

Julien Aliquot, Pierre-Louis Gatier et Jean-Baptiste Yon, « Introduction », Syria [En ligne], 93 | 2016, mis en ligne le 01 février 2017, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://syria.revues.org/4321

Haut de page

Auteurs

Julien Aliquot

CNRS, UMR 5189 HiSoMA, Lyon

Articles du même auteur

Pierre-Louis Gatier

CNRS, UMR 5189 HiSoMA, Lyon

Articles du même auteur

Jean-Baptiste Yon

CNRS, UMR 5189 HiSoMA, Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Revues.org