Navigation – Plan du site
Dossier : L’épigraphie grecque et latine au Proche-Orient (Jordanie, Liban, Syrie)

Verinius Marinus, un soldat lyonnais mort à Apamée de Syrie

Wilfried Van Rengen
p. 97-106

Résumés

Quelques aspects d’une inscription funéraire d’un militaire, trouvée à Apamée de Syrie, posent des problèmes. Le défunt, Verinius Marinus, est un comptable dans le bureau du légat de la legio II Parthica. La discussion porte sur la datation du monument d’après les épithètes impériales de la légion, sur la mention d’un légat, au lieu d’un préfet, à la tête de la légion et sur l’identité du défunt et de son frère Aeternus, qui érige le monument. Une inscription militaire de Lyon fait connaître la famille entière de Marinus : le père, un vétéran de la legio XXX Ulpia Victrix, dont un détachement faisait partie de la garnison de Lugdunum après 197 ; sa mère, une affranchie de son père, devenue son épouse ; ses deux frères, dont Aeternus, et une sœur. La datation probable de l’inscription d’Apamée en 232/3 implique, pour l’inscription de Lyon, une date vers le début du règne de Sévère Alexandre (entre 222 et 228).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2018.

Plan

Le monument
Le texte
La date
Legatus legionis II Parthicae
L’onomastique
Une famille lyonnaise

Aperçu du texte

Parmi les inscriptions militaires de la legio II Parthica découvertes lors du démontage de la célèbre tour XV du rempart d’Apamée , il y en a une qui sort de l’ordinaire par sa qualité d’exécution, sa typologie et son texte en comparaison des autres épitaphes des soldats de la légion, plutôt stéréotypées, mais en général plus détaillées. C’est le monument funéraire pour Verinius Marinus, librarius (comptable) du bureau du légat de la legio II Parthica, érigé par son frère, Verinius Aeternus. Le texte se lit sans problème, mais il pose des questions sur la date du monument, sur l’origine des deux frères et sur l’existence d’un légat de la IIe légion parthique, dont on sait qu’elle était commandée par un préfet.

Le monument

Il s’agit d’un grand cippe (fig. 1), découvert en 1987, dont le couronnement est endommagé. Au-dessus de la moulure soignée, l’avant-train très abîmé de deux lions couchés, dont il ne reste que les pattes, est conservé. Le bas du cippe est retaillé : de la dernière l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wilfried Van Rengen, « Verinius Marinus, un soldat lyonnais mort à Apamée de Syrie », Syria, 93 | 2016, 97-106.

Référence électronique

Wilfried Van Rengen, « Verinius Marinus, un soldat lyonnais mort à Apamée de Syrie », Syria [En ligne], 93 | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://syria.revues.org/4459

Haut de page

Auteur

Wilfried Van Rengen

Université Libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Revues.org