Navigation – Plan du site
Autres articles

L’ère de la libération d’Édesse

Jean-Sylvain Caillou et Simon Brelaud
p. 321-338

Résumés

Parmi les inscriptions retrouvées dans la région d’Édesse, celles qui comportent une date sont relativement peu nombreuses. Elles permettent toutefois de mesurer la complexité des systèmes de datation de l’Orient antique. L’ère séleucide y a été très largement diffusée depuis l’époque hellénistique mais à Édesse et en Osrhoène, plusieurs parchemins attestent l’usage d’une ère locale comme système de datation durant la domination romaine. Le présent article démontre que cette « ère de la libération » d’Édesse, qui commençait en 213 apr. J.-C., fut aussi utilisée dans des inscriptions qui, jusqu’à présent, étaient datées à partir de l’ère séleucide. La méprise avait cours depuis la fin du xixe s., à la suite de Rubens Duval qui expliquait l’absence des centaines par une omission volontaire. Les auteurs déconstruisent point par point cette interprétation en montrant que le principe de l’omission n’est ni attesté ni pertinent dans le cas des inscriptions édesséniennes. La datation de plusieurs documents épigraphiques est donc revue et les conséquences de ces changements sont analysées.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2018.

Plan

La théorie de Rubens Duval et son autorité
Les dates sur les inscriptions édesséniennes et leurs particularités
Le parallèle palmyrénien
Une ère locale à Édesse
Les implications archéologiques et historiques des datations selon l’ère d’Édesse

Aperçu du texte

Il existe une curiosité dans le système de datation des inscriptions édesséniennes . Il est généralement admis que celles-ci se réfèrent toutes à une ère très répandue au Proche-Orient, l’ère séleucide, qui débute en octobre 312 avant J.-C. . Cela ne fait aucun doute jusqu’au iie s. apr. J.-C. puis, de nouveau, à partir du ve s. Toutefois, parmi les inscriptions du iiie s., plusieurs sont datées par des nombres à deux chiffres qui ne peuvent se référer à l’ère séleucide sans artifice. En revanche, l’usage d’une autre ère, attestée depuis la découverte des parchemins édesséniens du moyen Euphrate, ne pose aucune difficulté. Il s’agit de l’ère de la libération d’Edesse, qui commence en 213 . Le dossier mérite un examen d’autant plus détaillé que, si l’on reprend l’ensemble des informations désormais disponibles pour l’édessénien et le palmyrénien, rien ne semble justifier l’hypothèse de « l’omission ». Les fondements de la convention n’étant plus recevables, nous proposons une explica...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Sylvain Caillou et Simon Brelaud, « L’ère de la libération d’Édesse », Syria, 93 | 2016, 321-338.

Référence électronique

Jean-Sylvain Caillou et Simon Brelaud, « L’ère de la libération d’Édesse », Syria [En ligne], 93 | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 30 mai 2017. URL : http://syria.revues.org/4597

Haut de page

Auteurs

Jean-Sylvain Caillou

Institut français du Proche-Orient

Articles du même auteur

Simon Brelaud

Université de Paris-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Revues.org