Navigation – Plan du site
Variétés

Les sources glyptiques de Tall Šēḫ Ḥamad 1

Zoltán Niederreiter
p. 389-396

Texte intégral

  • 1 À propos de : Anja Fügert, Die neuassyrische und spätbabylonische Glyptik aus Tall Šēḫ Ḥamad. Teil (...)

1Le 16e volume de la série BATSH porte sur les sources glyptiques découvertes aux cours des fouilles menées à Tall Šēḫ Ḥamad par H. Kühne entre 1978-2008. L’ouvrage se présente en deux tomes : le premier de 318 p. en six chapitres, comprend l’étude et les annexes tandis que le second, de 491 p., regroupe le catalogue raisonné des matériels, les images de sceaux classifiés par ordre thématique et, à la fin, suivent les planches présentant les trouvailles glyptiques et les cartes concernant le site.

2Dans le premier tome, après la préface, une bibliographie est consacrée aux recherches sur Tall Šēḫ Ḥamad qui présente toutes les publications (nos 1-252 sur p. xvii-xxxii) par ordre de parution, de 1974-1977 à 2014. La bibliographie suivante porte sur les mêmes publications regroupées par nom alphabétique des auteurs (p. xxxii-xlix). La bibliographie proprement dite se trouve aux p. li-lxv. Un résumé en allemand (p. lxxi-lxxiv) et en anglais (p. lxxv-lxxviii) reprennent les principaux résultats de l’ouvrage. Le second tome contient le résumé en arabe.

3Après une brève introduction à l’histoire néo-assyrienne, le chap. i est consacré à une introduction aux sceaux datés de cette époque en se concentrant sur leurs caractéristiques (formes, matériaux, etc.) et leurs usages dans les activités écrites et administratives. En outre, au sujet des aspects principaux (i.e., les styles et les thèmes de leur iconographie) l’auteur présente un résumé qui concerne les études précédentes dans le domaine des recherches glyptiques néo-assyriennes et néo-babyloniennes. L’auteur y examine les ouvrages plus importants : Frankfort 1939, Moortgat 1940, Porada 1948, Buchanan 1966, Opificius 1968, Boehmer 1975, Porada 1981, Herbordt 1992, Marcus 1996, Jakob-Rost 1997, Collon 2001, Keel-Leu & Teissier 2004, Mitchell & Searight 2007.

  • 2 Fügert 2015, p. LXXI.

4Les chap. ii-iv constituent la présentation du corpus de glyptiques provenant de Tall Šēḫ Ḥamad, principalement de Mittlere Unterstadt II. L’étude raisonnée débute par la présentation de la méthode archéologique, du traitement des sources glyptiques et de la topographie du site. Les fouilles ont mis au jours « mehr als 1 500 glyptische Funde (55 Siegel, 176 gesiegelte Schriftträger und 1 226 gesiegelte Tonverschlussfragmente sowie 61 gesiegelte Langetten bzw. ihre Fragmente) » 2. Cet ensemble, ajouté aux sceaux découverts dans l’autre partie de la ville et acquis par les habitants locaux, constitue un corpus remarquable par rapport aux ensembles contemporains connus sur les autres sites de Mésopotamie ou de Syrie du Nord. Outre le nombre des sources, il faut souligner que le contexte de toutes les trouvailles glyptiques est bien enregistré.

5Grâce à la documentation archéologique, les découvertes sont étudiées selon des niveaux qui constituent trois phases principales, correspondant à une période de trois siècles à partir de la fondation assyrienne de la ville (xe-ixe s.) jusqu’au au vie s. (la ville a survécu à la chute de l’empire néo-assyrien). Donc les sources de Tall Šēḫ Ḥamad permettent d’identifier le développement des glyptiques pendant la période néo-assyrienne du point de vue d’un centre provincial. D’autre part, un autre résultat important est la possibilité de restituer le rôle des sceaux dans leur contexte. Une grande partie des sources glyptiques provient des résidences (centres administratifs), des bâtiments (maisons d’habitation) ou du contexte funéraire à côté des sceaux qui proviennent des contextes secondaires. En même temps, dans le cas des empreintes de sceaux connus d’après les tablettes et les bullae, il est possible d’étudier l’usage et la fonction des sceaux. Il s’agit des livres de K. Radner (2002 [BATSH 6 Texte 2]) et de W. Röllig (2014 [BATSH 17 Texte 5]) publiés dans la même série, qui portent sur les sources inscrites, respectivement les textes akkadiens et les textes araméens. En ajoutant les sources textuelles à la glyptique, nous pouvons connaître leurs propriétaires, leur fonction et leur métier ainsi que la sphère d’usage des sceaux. La collection des sources glyptiques permet de mieux comprendre la fonction de l’administration et la vie domestique d’un centre provincial.

  • 3 Sax 2001, p. 18-34 : I.6.

6L’identification des matériaux : les sceaux-cylindres et sceaux-cachets (p. 55-59) sont présentés selon un système similaire établi par M. Sax dans le cas des études des sceaux-cylindres des époques néo-assyrienne et néo-babylonienne, conservés au British Museum 3. Concernant les empreintes, on trouve une présentation des différents types d’outils (sceaux-cylindres, sceaux-cachets, parures et ongles) et de la manière de les utiliser ainsi que des pratiques de scellement (p. 132-149).

7Le chap. v comprend l’étude des sceaux du point de vue iconographique. Les sceaux-cylindres (p. 151-172 nos 1-172) et les sceaux-cachets (p. 173-201, nos 228-515) y sont classés par ordre thématique (selon les groupes classiques bien connus dans les recherches) : scène d’hommages aux dieux, de banquet, de rituel, de chasse, de lutte et des scènes présentant des animaux, créatures hybrides, symboles ou motifs iconographiques. En outre, il y a une analyse concernant la comparaison des images représentées sur les sceaux-cylindres par rapport aux sceaux-cachets en y étudiant leurs thèmes, développements et caractéristiques. Outre les études comparatives de l’iconographie des scènes, symboles et motifs, l’auteur y examine les interactions et les influences artistiques (par exemple, les motifs égyptisants). Les données y sont analysées par phases archéologiques et lieux de découvertes.

  • 4 Sass 2015, p. 132-134 : 80.

8Ce chapitre présente aussi les quatorze sceaux inscrits (p. 212-213) : douze textes cunéiformes et deux alphabétiques. Pour le sceau-cylindre inscrit paléo-babylonien, cf. t. II p. 194-195, no 227. En outre, il y a un sceau-cylindre connu d’après son scellement (t. II, p. 116-118, no 128) qui porte un nom en écriture arabique 4. Pour la lecture du signe cunéiforme qui se trouve sur le scellement (no 73), cf. infra, en fin d’article.

9Le chap. vi résume l’importance des sources étudiées en présentant les résultats archéologiques et iconographiques. Hormis la conclusion des aspects déjà examinés, la chronologie, le contexte archéologique, la fonction et l’usage des sceaux dans l’administration ainsi que leur iconographie, l’auteur y présente certaines des données statistiques sous formes de graphiques et de diagrammes comparant l’usage et la date des sceaux-cylindres avec ceux des sceaux-cachets au cours la période néo-assyrienne.

10À propos des conclusions des chap. v-vi, il aurait été utile de comparer le corpus rassemblé et classifié avec les sources glyptiques qui viennent des villes néo-assyriennes se situant au bord de l’Euphrate ou de la Syrie du Nord. Il s’agit des sources glyptiques, dont une partie a été découverte au cours des fouilles récentes, qui permettraient d’étudier les similitudes et les différences de l’usage et de l’iconographie des sceaux. Pour cette question et pour la bibliographie des sources glyptiques, cf. infra.

11À la fin du premier tome, deux annexes (Konkordanz A et Konkordanz B1-4) constituent l’ensemble des données concernant les sceaux, ordonnées selon différents aspects : datation, lieux de découverte, tailles, types d’objets qui portent les scellements, scènes et motifs représentés sur les sceaux. En citant les ouvrages de K. Radner (2002) et de W. Röllig (2014) dans le cas des tablettes et des bullae, l’auteur y présente les données les plus importantes, i.e. la date et les personnes mentionnées d’après les textes akkadiens et araméens. À propos des noms propres, on peut trouver les références des volumes PNA [The Prosopography of the Neo-Assyrian Empire] qui facilitent les recherches prosopographiques et historiques.

12Le second tome de l’ouvrage comprend le catalogue du corpus des sceaux (p. 2-408, nos 1-539) avec les données concernant les empreintes d’ongles (p. 409-417 : les 36 exemples sont introduits avec N sans l’attribution de leur nombres). Les sceaux par ordre thématique sont présentés dans le chap. v du tome 1. Toutes les sources glyptiques (i.e. les sceaux-cylindres, les sceaux-cachets, les scaraboïdes et les empreintes de sceaux) sont répertoriées selon les aspects bien connus (type d’objet, contexte archéologique, date, mesures, description, style, exemples similaires, références bibliographiques, etc.).

13À la suite du corpus des sceaux, un catalogue thématique présente seulement les dessins des sceaux (p. 419-460) dans le même ordre que le catalogue précédent. À la fin du second tome, les planches photographiques en couleurs présentent les trouvailles glyptiques (p. 461-469) suivies des cartes sur Tall Šēḫ Ḥamad et les dispositions des vestiges découverts sur le site (p. 471-481 : pl. 1-10).

14Les deux tomes sont abondamment illustrés. Tous les sceaux sont présentés au moins sous la forme d’une photo et d’un dessin de l’auteur. Dans le catalogue, on trouve les dessins tels qu’ils étaient présentés par planches récapitulatives (p. 419-460) alors que les scènes et les motifs sont étudiés dans le tome 1. Il est cependant regrettable que l’ouvrage n’ait pas prévu de support numérique réunissant l’ensemble des données dans les deux annexes (Konkordanz A et Konkordanz B1-4), ce qui aurait pu aider aux recherches prosopographiques et historiques ainsi qu’à l’étude des données archéologiques. Ce problème est accentué pour les recherches iconographiques : en effet, la qualité des photos présentées dans le catalogue ne permet pas d’étudier les détails des images glyptiques. Cette omission majeure n’enlève rien à l’intérêt du livre de A. Fügert qui apporte une contribution aux recherches glyptiques néo-assyriennes.

15L'ouvrage rend compte des résultats d’un des plus grands corpus de glyptique dont l’auteur a réussi à présenter les sources : les sceaux et leurs empreintes dans leur contexte archéologique accompagnés des sources textuelles. Grâce aux fouilles menées par H. Kühne à Tall Šēḫ Ḥamad et à la documentation des découvertes, ouvrant des possibilités uniques de recherches, cet ouvrage offre un champ d’observation d’un centre provincial de l’empire néo-assyrien : Dūr-Katlimmu en akkadien (Magdalu en araméen) qui se situe sur la rive gauche du Khabour, en Syrie du Nord-Est. Les sources présentées ici de manière systématique permettent de mieux connaître l’époque néo-assyrienne, une période de trois cents ans, du point de vue d’une ville, de l’administration, de la vie quotidienne et de la pratique funéraire.

16Vu que les sceaux et les empreintes de Tall Šēḫ Ḥamad forment le corpus glyptique le plus riche mis au jour dans le moyen Euphrate et en Syrie du Nord, on espère que ce corpus sera utilisé pour étudier la connection entre Dūr-Katlimmu et les centres assyriens. En outre, il serait intéressant de comparer ce corpus avec des sources glyptiques provenant des provinces situées dans le Sinjar, au bord de l’Euphrate, en Syrie du Nord et en Syrie occidentale. De plus en plus documentés, les matériaux permettent d’étudier l’iconographie et la sphère d’usage des sceaux dans la partie occidentale de l’empire néo-assyrien. La liste qui suit mentionne les ouvrages les plus importants et les plus récents portant sur la glyptique issue de ces sites ou de ces villes anciennes ; mais ceux-ci ne se trouvent pas dans le présent ouvrage :

  • Arslan Tash (Cecchini & Venturi 2012, p. 329 s. et p. 341 fig. 9) ;
  • Deve Hüyük (Moorey 1980, p. 106 nos 444-447, p. 110 no 457 et pl. I) ;
  • Karkemish (Dinçol†, Dinçol & Peker 2014 ; Pizzimenti 2014 ; Zecchi 2014) ;
  • Maʿallānāte (Homès-Fredericq 1986a, 1986b, 1994a, 1994b, 1996) ;
  • Sultantepe (Lloyd 1954) ;
  • Tall Knēdiğ (Kulemann-Ossen & Marin 2000, p. 500-502 fig. 16-19) ;
  • Tall Šēḫ Ḥamad (Fügert, Krepner, Kühne & Rohde 2014, p. 221-223 et p. 237-239 fig. 10-12.1)
  • Tell Afis (Soldi 2009, p. 113 et p. 117 fig. 14a-d) ;
  • Tell al-Rimah (Parker 1975) ;
  • Tell Barri (Pecorella 2003, p. 71-73 ; Pecorella & Benoit 2004, p. 33, p. 90 ; Pecorella & Benoit 2008, p. 101b ; D’Agostino 2009, p. 28 s. fig. 5a-b et d) ;
  • Tell Masaikh (Poli 2010, 2015) ;
  • Zinçirli (Schloen & Fink 2009, p. 212).

17À propos de l’iconographie et des autres caractéristiques des sceaux traités dans cet ouvrage, les remarques suivantes méritent d’être ajoutées:

  • 2. En ce qui concerne le traitement du vêtement de Gula et la datation du sceau, la publication de R. M. Boehmer (1973) est de première importance.
  • 3. À propos de la figure centrale, l’emblème central visible sur une empreinte de jarre (BM WA 138549) 5 provenant de Ninive donne un exemple similaire, représentant le dieu solaire ailé sur le dos d’un taureau, sous forme antropomorphique.
  • 4. Contrairement au dessin et à la description, les deux adorateurs sont imberbes. Dans le cas de la figure qui regarde à droite, le menton fait à la bouterolle est clairement visible. En outre, cette figure ne porte aucune coiffure. Les deux figures divines portent également un cercle et une arme (ou un insigne) à la main gauche. La forme de la corne et de l’oreille du taureau qui regarde à la droite est modelée comme celle de l’autre taureau.
  • 6. Au lieu des comparaisons proposées dans le catalogue de la collection de Marcopoli, le no 202 6 de la même collection atteste les mêmes proportions entre les adorants. En outre, on suppose que l’orientation et le geste de la petite figure, qui fait face à la figure divine, sont similaires à ceux des petits adorants sur le sceau déjà mentionné qui représente une famille : deux enfants entre leurs parents en face de Ištar.
  • 13. D’après la photo et le dessin, on suppose que c’est le signe Ankh qui se situe derrière la figure adorante et non le « Stab mit aufgesetzer Kugel » 7.
  • 15. Pour la position des armes du dieu, le sceau no 435 de la collection d’Edward T. Newell 8 donne un exemple similaire. En ce qui concerne les deux éléments identifiés par l’auteur comme les 6e et 7e globes des Sibitti, je suppose que l’un des éléments est le globe qui surmonte la divine coiffure, tandis que l’autre, au-dessus de son arme, désigne un signe cunéiforme (cf. no 16, signe similaire qui se situe au-dessous des Sibitti). Les deux éléments des Sibitti traversent partiellement la ligne supérieure et se situent au-dessus des cinq autres éléments des Sibitti.
  • 16. D’après la photo, les pieds du trône sont droits.
  • 20. Au lieu de la forme particulière proposée pour la corne du taureau, qui ressemble, sur le dessin, à un croissant, on suggère que ce détail soit la main gauche du dieu, qui est orientée horizontalement selon les conceptions iconographiques tandis que la corne qui est visible sur la photo se trouve au-dessous de la main.
  • 24. La figure sur le trône porte une épée à la ceinture. La poignée de l’épée, qui se termine derrière le trône, est visible sur la photo et sur le dessin 9.
  • 28. La ligne de base inférieure manque sur le dessin. En face de l’adorant se trouve le bucrâne au lieu d’un autel.
  • 57. En regardant la forme de l’objet que tient l’homme barbu, on suppose que c’est un arc au lieu d’un « Band(?) bzw. eine geknickte Strebe » tandis que la main levée tient deux flêches au lieu des « pinzettenförmigen Gegenstand » 10.
  • 66. Sur le dessin, il n’y a pas de distinction entre les cheveux et le contrepoids qui tombe derrière les épaules de la déesse entourées par une aura, clairement visible sur la photo. La question se pose de savoir si cet empreinte a été faite par le sceau-cylindre particulier que A. Fügert a identifié et dessiné dans son article publié en 2014 11, d’après les empreintes découvertes au cours des fouilles de la « Trench A » (tranchée A). Sur la base de la photo, on suppose que la tête barbue de l’homme-scorpion est visible derrière les épaules de la déesse.
  • 73. L’auteur ne propose aucune lecture (« keine Lesung ») 12 à propos du signe cunéiforme qui est évidemment NA4 introduisant l’inscription : NA4.[KIŠIB (nom propre)]. En raison de la cassure de l’empreinte, les autres signes sont cassés sur le fragment. Pour la disposition du signe NA4 au début de l’inscription d’un sceau-cylindre, cf. Collon 2001, p. 142 s. no 277 [BM WA 132257 (1957–12–16,1)]: NA4.KIŠIB mPAP–IGI (le texte y mentionne aussi le nom propre), pl. XXIII, XL and XLIII.
  • 81. Au-dessous de la scène, la question se pose de savoir si les traits parallèles étaient faits par la monture métallique inférieure du sceau-cylindre.
  • 100. Le serpent porte une coiffure pharaonique qui n’est pas indiquée sur le dessin, tandis que les deux traits visibles au-dessus de la queue constituent la représentation simplifiée du carquois du chasseur.
  • 116. Une gravure étroite représente le huitième rayonnement de l’étoile. Il faudrait dessiner l’épée en lignes continues et non en lignes en pointillées.
  • 127. Concernant la date du sceau, il est intéressant de noter le sceau-cylindre inscrit, publié par P. Bordreuil 13.
  • 128. En ce qui concerne « achtlockige Held » (le Héros aux huit boucles) et la scène 14, il est intéressant de remarquer l’empreinte connue d’une tablette de Maʿallānāte, datée de 653 av. J.-C. La figure suivante (fig. 1) présente un nouveau dessin de l’empreinte du sceau-cylindre 15 qui permet de prouver les similarités concernant le style et les détails de deux sceaux.
  • 156. Parmi les exemples similaires du sceau-cylindre, il y a un sceau-cylindre provenant d’Alişar Hüyük 16.
  • 161. Pour la scène, il est intéressant de noter le sceau-cylindre de calcaire (« limestone »), provenant de Sultantepe 17.
  • 246. Concernant la figure et la style, il y a un sceau-cylindre provenant d’un tombe de Nebo, près de Madaba (Jordanie), qui présente caractéristiques similaires 18.

Figure 1.

Figure 1.

L’empreinte de sceau de la tablette O.3704.

© Z. Niederreiter

Je remercie vivement Xavier Faivre (ArScAn, HAROC, Nanterre) qui a corrigé la dernière version du manuscrit avant la publication. Cette recherche a été financée par le projet IAP 7/14 « Greater Mesopotamia: Reconstruction of its Environment and History » (Pôles d’Attraction Interuniversitaires de la Politique Scientifique belge, BELSPO).

Haut de page

Bibliographie

Boehmer (R. M.) 1973 « Phrygische Prunkgewänder des 8. Jahrhundert v. Chr. Herkunft und Export », Archäologischer Anzeiger 88, p. 149-172.

Bordreuil (P.) 1988 « III. 6 : Sceau d’un Cappadocien habitant dans la Beqaʿa (fig. 10 A-B) », P. Bordreuil & E. Gubel (éd.) « Bulletin d’antiquités archéologiques du Levant inédites ou méconnues V », Syria 65, p. 437-456.

Bunnens (G.) 2012 « Sealing Practices at Neo-Assyrian Til Barsib: Cylinders, Stamps, Sissiktu, Seal Box », T. Boiy et al. (éd.), The Ancient Near East, A Life! Festschrift Karel Van Lerberghe (OLA 220), Louvain/Paris/Walpole (MA), p. 75-89.

Cecchini (S. M.) & Venturi (F.) 2012 « A Sounding at Arslan Tash: Re-Visiting the ‘Bâtiment aux ivoires’ », R. Matthews & J. Curtis (éd.), Proceedings of the 7th ICAANE, 12 April – 16 April 2010, the British Museum and UCL, London, 3, Wiesbaden, p. 325-341.

Collon (D.) 2001 Cylinder Seals V. Neo-Assyrian and Neo-Babylonian Periods (Catalogue of the Western Asiatic Seals in the British Museum), Londres.

D’Agostino (A.) 2009 « The Assyrian-Aramaean Interaction in the Upper Khabur: The archaeological evidence from Tell Barri Iron Age Layers », Syria 86, p. 17-41.

Dinçol (A.)†, Dinçol (B.) & Peker (H.) 2014 « An Anatolian Hieroglyphic Cylinder Seal from the Hilani at Karkemish », Orientalia N.S. 83, p. 162-165.

Eggler (J.) & Keel (O.) 2006 Corpus der Siegel-Amulette aus Jordanien. Vom Neolothikum bis zur Perserzeit (OBO 25), Fribourg.

Fügert (A.), Krepner (F. J.), Kühne (H.) & Rohde (J.) 2014 « Early Neo-Assyrian Dūr-Katlimmu », P. Bieliński et al. (éd.), Proceedings of the 8th ICAANE, 30 April – 4 May 2012, University of Warsaw, 1, Wiesbaden, p. 217-239.

Gordon (C. H.) 1953 « Near East Seals in Princeton and Philadelphia », Orientalia N.S. 22, p. 242-250.

Herbordt (S.) 1992 Neuassyrische Glyptik des 8.–7. Jh. v. Chr. (State Archives of Assyria Studies 1), Helsinki.

Homès-Fredericq (D.) 1986a « Coquillages et glyptique araméenne », M. Kelly-Buccellati (éd.), Insight through Images. Studies in Honor of Edith Porada (Bibliotheca Mesopotamica 21), Malibu, p. 111-118.

Homès-Fredericq (D.) 1986b « La glyptique des archives inédites d’un centre provincial de l’empire assyrien aux Musées Royaux d’Art et d’Histoire, Bruxelles », K. R. Veenhof (éd.), Cuneiform Archives and Libraries. Papers Read at the 30e RAI. Leiden, 4-8 July 1983 (PIHANS 57), Leyde, p. 247-259.

Homès-Fredericq (D.) 1994a « Empreintes d’ongles dans les “archives d’un centre provincial”, conservées aux Musées royaux d’Art et d’Histoire, Bruxelles », M. Dietrich & O. Loretz (éd.), Beschreiben und Deuten in der Archäologie des Alten Orients. Festschrift für Ruth Mayer-Opificius mit Beiträgen von Freunden und Schülern, Münster, p. 103-109.

Homès-Fredericq (D.) 1994b « Une tablette avec représentation de la déesse Gula, aux Musées royaux d’Art et d’Histoire (Bruxelles) », P. Calmeyer et al. (éd.), Beiträge zur Altorientalischen Archäologie und Altertumskunde. Festschrift für Barthel Hrouda zum 65. Geburtstag, Wiesbaden, p. 111-116.

Homès-Fredericq (D.) 1996 « Le sceau de Hanāna, fils de Harrānāia, de la ville de Maʾallanāte », H. Gasche & B. Hrouda (éd.), Collectanea Orientalia. Histoire, arts de l'espace et industrie de la terre: Etudes offertes en hommage à Agnès Spycket (Civilisations du Proche-Orient. Série I: Archéologie et Environnement 3), Neuchâtel/Paris, p. 133-136.

Keel-Leu (H.) & Teissier (B.) 2004 Die vorderasiatischen Rollsiegel der Sammlungen «Bibel+Orient» der Universität Freiburg Schweiz (OBO 200), Fribourg.

Kulemann-Ossen (S.) & Marin (L.) 2000 « Tall Knēdiğ: A Rural Site in the Iron Age », G. Bunnens (éd.), Essays on Syria in the Iron Age (ANES Suppl. 7), Louvain/Paris/Sterling, p. 487-503.

Lloyd (S.) 1954 « Sultantepe (II) », Anatolian Studies 4, p. 101-110.

Moorey (P. R. S.) 1980 Cemeteries of the First Millennium bc at Deve Hüyük, near Carchemish, salvaged by T. E. Lawrence and C. L. Woolley in 1913 (with a catalogue raisonné of the objects in Berlin, Cambridge, Liverpool, London and Oxford (BAR 87), Oxford.

Moortgat (A.) 1940 Vorderasiatische Rollsiegel. Ein Beitrag zur Geschichte der Steinschneidekunst, Berlin.

Parker (B.) 1975 « Cylinder Seals from Tell al Rimah », Iraq 37, p. 21-38.

Pecorella (P. E.) 2003 Tell Barri / Kahat. La Campagna del 2000. Relazione preliminare (Missione archeologica italiana a Tell Barri [Siria]. Ricerche e materiali del vicino Oriente Antico 1), Florence.

Pecorella (P. E.) & Benoit (R. P.) 2004 Tell Barri / Kahat. La Campagna del 2001. Relazione preliminare (Missione archeologica italiana a Tell Barri [Siria]. Ricerche e materiali del vicino Oriente Antico 2), Florence.

Pecorella (P. E.) & Benoit (R. P.) 2008 Tell Barri / Kahat. La Campagna del 2004. Relazione preliminare (Missione archeologica italiana a Tell Barri [Siria]. Strumenti per la didattica e la ricerca 68), Florence.

Pizzimenti (S.) 2014 « Three Glyptic Documents from Karkemish », Orientalia N.S. 83, p. 194-201.

Porada (E.) 1948 The Collection of the Pierpont Morgan Library. I: Corpus of Ancient Near Eastern Seals in North American Collections (The Bollingen Series 14) Text – Plates, Washington.

Poli (P.) 2010 « The Neo-Assyrian Glyptic from Tell Masaikh: Preliminary Results », P. Matthiae et al. (éd.), Proceedings of the 6th ICAANE. 5 May – 10 May 2008, Sapienza, Università di Roma, 1, Wiesbaden, p. 961-972.

Poli (P.) 2015 « A Group of Seals and Seal Impressions from the Neo-Assyrian Colony Tell Masaikh-Kar-Assurnasirpal with More Ancient Motifs », A. Archi et al. (éd.), Tradition and Innovation in the Ancient Near East. Proceedings of the 57th RAI at Rome. 4–8 July 2011, Winona Lake, p. 289-299.

Radner (K.) 2002 Die neuassyrischen Texte aus Tall Šēḫ Ḥamad (BATSH 6 Texte 2), Berlin

Röllig (W.) 2014 Die aramäischen Texte aus Tall Šēḫ Ḥamad / Dūr-Katlimmu / Magdalu (BATSH 17 Texte 5), Wiesbaden

Sass (B.) 2015 « 80) A seal impression with Arabian legend on a Tell Sheikh Hamad tablet », NABU 2015/3, p. 132-134.

Sax (M.) 2001 « The Seal Materials, their Chronology and Sources », Collon 2001, p. 18-34.

Schloen (J. D.) & Fink (A. S.) 2009 « Searching for Ancient Samʾal: New Excavations at Zincirli in Turkey », NEA 72/4, p. 203-219.

Soldi (S.) 2009 « Aramaeans and Assyrians in North-Western Syria: Material Evidence from Tell Afis », Syria 86, p. 97-118.

Von der Osten (H. H.) 1934 Ancient Oriental Seals in the Collection of Mr. Edward T. Newell (OIP 22), Chicago.

Von der Osten (H. H.) 1936 Ancient Oriental Seals in the Collection of Mrs. Agnes Baldwin Brett (OIP 37), Chicago.

Von der Osten (H. H.) 1937 The Alishar Hüyük. Season of 1930-32. II (OIP 29, Researches in Anatolia 8), Chicago.

Zecchi (M.) 2014 « A Note on Two Egyptian Seal Impressions from Karkemish », Orientalia N.S. 83, p. 202-206.

Haut de page

Notes

1 À propos de : Anja Fügert, Die neuassyrische und spätbabylonische Glyptik aus Tall Šēḫ Ḥamad. Teil 1: Text und Konkordanzen ; Teil 2: Katalog und Tafeln (Berichte der Ausgrabung Tall Šēḫ Ḥamad / Dūr-Katlimmu, 16, 1-2 [BATSH]), Wiesbaden, Harrassowitz, 2015.

2 Fügert 2015, p. LXXI.

3 Sax 2001, p. 18-34 : I.6.

4 Sass 2015, p. 132-134 : 80.

5 Collon 2001, p. 141 fig. 4.

6 Keel-Leu & Teissier 2004, p. 189 s. no 202 et p. 444 : 202.

7 En ce qui concerne la forme du signe Ankh, cf. Von der Osten 1936, p. 18 et pl. XI ; Porada 1948, p. 87 no 711 et pl. CVI ; Gordon 1953, p. 249 s. no 37 et pl. LXIX.

8 Von der Osten 1934, p. 63 no  435 et pl. XXIX.

9 En ce qui concerne l’orientation et la forme d’une épée similaire, cf. Collon 2001, p. 76-78 no 148 (BM WA 89590 [1893–10–12,52]), pl. XI et XLII.

10 Pour l’arc et la disposition similaire de celui-ci, cf. Moortgat 1940, p. 140 no 600 et pl. 71.

11 Fügert, Krepner, Kühne & Rohde 2014, p. 221 s. et p. 237 fig. 10.1.

12 Fügert 2015, I. p. 212 : no 73.

13 Bordreuil 1988, p. 444 s. III.6 fig. 10.

14 Pour l’inscription du sceau-cylindre, cf. n. 4.

15 En ce qui concerne le dessin précedent, cf. Homès-Fredericq 1986b, p. 255 fig. 3g ; Herbordt 1992, p. 255 : Sonstige 10 et pl. 8: 16.

16 Von der Osten 1937, p. 419 s. fig. 479 et p. 423 no e 1193.

17 Lloyd 1954, p. 108 fig. 8,2 et p. 110.

18 Eggler & Keel 2006, p. 192 s. no 1.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende L’empreinte de sceau de la tablette O.3704.
Crédits © Z. Niederreiter
URL http://syria.revues.org/docannexe/image/4728/img-1.png
Fichier image/png, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zoltán Niederreiter, « Les sources glyptiques de Tall Šēḫ Ḥamad  », Syria, 93 | 2016, 389-396.

Référence électronique

Zoltán Niederreiter, « Les sources glyptiques de Tall Šēḫ Ḥamad  », Syria [En ligne], 93 | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://syria.revues.org/4728

Haut de page

Auteur

Zoltán Niederreiter

Department of Assyriology and Hebrew Studies, Eötvös Loránd University Budapest, H–1088 Budapest, Múzeum krt. 4/F

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Revues.org