Navigation – Plan du site
Nécrologies

Jean Sapin(Vançais, 6 octobre 1930 – Lusignan, 20 avril 2015)

Frank Braemer
p. 427-429

Texte intégral

1Jean Sapin est décédé à l’âge de 85 ans, le 20 avril 2015 à Lusignan (Vienne).

2Né à Vançais (Deux-Sèvres) le 6 octobre 1930, il a commencé des études de théologie protestante à Strasbourg, puis à Montpellier, Genève, New York et Chicago. Pasteur en charge de paroisses à partir de 1958, il a entrepris des études d’archéologie à l’École du Louvre en 1967 et fut l’année suivante boursier à l’École Biblique de Jérusalem. De 1969 à 1973, il est chargé de cours d’histoire des religions à la Faculté de théologie protestante de Paris. Il soutient en 1972 sa thèse en Sciences religieuses à l’Université de Strasbourg : La formation de la tribu de Benjamin sur son territoire. En parallèle, il a poursuivi à l’Université de Paris VII des études en géologie, géomorphologie et géographie humaine, dans le département dirigé par Jean Dresch. Son mémoire de maîtrise en géographie physique porte sur la Vaunage en Languedoc et aborde les questions de relation de l’Homme au milieu naturel ou anthropisé (Contribution de la géographie physique à l’histoire d’un milieu de vie antique du monde méditerranéen, Université Paris VII, 1975).

3Il est recruté en 1974 comme chercheur au CNRS, où il est resté jusqu’à sa retraite en 1995, sa dernière affectation étant l’équipe Archéologie du Proche-Orient hellénistique et romain (Apohr) du laboratoire Arscan, de la Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès à Nanterre.

Jean Sapin, automne 1991, Aubervilliers. Photographie parue dans Aubermensuel 7, décembre 1991, p. 38-39

© Willy Vainqueur

4Son activité scientifique s’est déployée essentiellement dans trois domaines : les études bibliques, la prospection archéologique et la géographie historique. Ses publications couvrent une large période allant de l’âge du Bronze à l’époque romano-byzantine et concernent une vaste zone du domaine méditerranéen : Languedoc, Syrie, Liban, Palestine, Israël et Jordanie. Nous rappelons ci-dessous les éléments principaux de ses travaux archéologiques et historiques.

5De 1972 à 1997, ses très nombreuses missions de terrain sont axées sur l’étude des paysages antiques du Midi méditerranéen et du Proche-Orient. Ses prospections de sites et d’aménagements associent systématiquement l’analyse géomorphologique et géoarchéologique et celle de l’occupation du sol. De 1974 à 1985, il a réalisé plusieurs missions dans le Languedoc (Roc de Viou, Mauressip, Vié Cioutat) (« Jalons géographiques pour l’histoire d’un milieu de vie antique : La Vaunage », Documents d’Archéologie Méridionale 4, 1981, p. 169-178) ; de 1972 à 1979, au Liban Nord (Akkar) il étudie en particulier la vallée du Nahr Arqa (« Étude géomorphologique et archéologique de la terrasse fluviatile byzantine du Nahr al-Arqa (Liban-Nord) », Hannon, Revue libanaise de Géographie 8-12, 1976-77).

6De 1976 à 1978 en Syrie, son projet majeur porte sur la vallée du Nahr al-Abrash sur le versant occidental du Jabal Ansariyé à sa jonction avec la Trouée de Homs (« Peuplement et milieu de vie dans la vallée du Nahr al-Abrach, principalement à l’âge du Bronze, Rapport préliminaire sur la prospection archéologique et géographique dans la Trouée de Homs (missions 1977-78) », Annales de Géographie, Université Saint-Joseph de Beyrouth, 1980, p. 39-58) ; il collabore alors épisodiquement aux diverses missions françaises travaillant sur le littoral et le Massif Calcaire. C’est à propos de cette zone qu’il développe ses thèses de prédilection sur la géographie historique : « La Géographie humaine de la Syrie-Palestine au deuxième millénaire avant J.-C. comme voie de recherche historique », Journal of the Economic and Social History of the Orient 24/1, 1981, p. 1-62 ; 25/1, 1982, p. 1-49 et 25/2, 1982, p. 113-186 ; « La géographie, outil de recherche sur la Syrie-Palestine achéménide », Transeuphratène 5, 1992, p. 95-112 ; « Essai sur les structures géographiques de la toponymie araméenne dans la trouée de Homs (Liban-Syrie) et sur leur signification historique », Transeuphratène 2, 1990, p. 73-107 ; « Symbiose ethno-linguistique. Considérations géographiques et historiques sur la toponymie de la Trouée de Homs (Syrie) », Transeuphratène 12, 1996, p. 13-39, thème qu’il avait abordé dès les années 1970 « 25 ans d’Archéologie en Syrie-Palestine (1946-1971). Recherches et Perspectives », Etudes Théologiques et Religieuses 48, 1973, p. 351-369 ; 49, 1974, p. 547-577.

7De 1981 à 1997, c’est en Jordanie qu’il conçoit et développe un programme régional portant sur le massif de l’Ajlūn des marges du désert oriental à la vallée du Jourdain. C’est avec cet objectif qu’il s’associe aux missions de l’École Biblique dans la région de Khirbet Samra, et celles de l’équipe espagnole qui étudie la région du Jebel Mutawwaq ; il crée et dirige le programme de l’Ifapo sur l’Ajlūn occidental et la région de Jérash. Ses travaux, ses relevés, son analyse des images aériennes et son inlassable pratique pédestre du terrain renouvellent ceux des grands pionniers de l’archéologie jordanienne (N. Glueck et S. Mittmann) et stimulent toute une génération de jeunes chercheurs qui vont à leur tour approfondir notre connaissance de l’histoire de l’environnement et de l’occupation du sol de cette région. Ses prospections dans les régions de l’Ajlūn ont donné lieu à plusieurs contributions dans les Studies in the Archaeology and History of Jordan, II, Londres 1985 (« Prospection géo-archéologique de l’Ajlûn, 1981-1982. Exemple de recherche intégrante ») et IV, Amman, 1992, p. 169-174 (« De l’occupation de l’espace à l’aube de l’âge du Bronze dans la région de Jérash et sa périphérie orientale »). Les travaux de la région de Khirbet Samra sont présentés dans « Le milieu physique de la région de Samra : des données géologiques aux ressources agricoles », in J.-B. Humbert & A. Desreumaux (dir.), Fouilles de Khirbet es-Samra en Jordanie I, Turnhout 1998, p. 65-77. Les résultats de sa dernière mission dans le Jebel Mutawwaq ont été présentés dans les Dossiers de l’Archéologie 244, 1999, p. 18-19 : « Les champs de dolmens du Djebel Mutawwaq ». Son analyse régionale a été développée dans « À l’est de Gerasa. Aménagement rural et réseau de communications », Syria 75, 1998, p. 107-136 et, avec F. Braemer, « Modes d’occupation de la steppe dans le Levant Sud-Est au Bronze ancien : les structures liées au pastoralisme », in B. Geyer (dir.), Conquête de la steppe et appropriation des terres sur les marges arides du Croissant fertile, Lyon 2001, p. 69-88.

8Il a exploré, à partir de 1985, dans une collaboration avec J. Elayi, un nouveau champ de recherche : « La Transeuphratène à l’époque perse », en créant la revue Transeuphratène en 1989 et ses Suppléments en 1995. Dans le cadre de l’ASPEP (Association pour la recherche sur la Syrie-Palestine à l’époque perse), il a participé à l’organisation de colloques internationaux, de tables rondes et de conférences pour explorer différents thèmes dans ce domaine et définir des orientations de recherche. C’est avec J. Elayi qu’il a publié deux ouvrages : Nouveaux regards sur la Transeuphratène achéménide, Turnhout, 1991/Beyond the River: New Perspectives on Transeuphratene, Sheffield, 1998) et Quinze ans de recherche (1985-2000) sur la Transeuphratène à l’époque perse, Paris, 2000.

9Son œuvre scientifique comprend près d’une centaine de titres (livres, articles, recensions, bulletins et éditoriaux).

10Ses missions répétées au Proche-Orient l’ont amené à s’engager pour défendre la cause des réfugiés palestiniens. Il a fait partie en 1981 du comité de soutien français à Najdeh (« secours »), association créée en 1977 par des femmes libanaises et palestiniennes. Après les massacres de Sabra et Chatila à Beyrouth en 1982, il est devenu en 1983 le président d’Afransaurel (Association française de soutien aux réfugiés du Liban), qui faisait connaître et soutenait les activités et projets de Najdeh et était liée à la Cimade (Comité inter-mouvements auprès des évacués).

11Jean Sapin nous laisse le souvenir d’un homme de conviction, modeste et discret, toujours disponible, amoureux des grands espaces qu’il aimait à parcourir à pied.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Jean Sapin, automne 1991, Aubervilliers. Photographie parue dans Aubermensuel 7, décembre 1991, p. 38-39
Crédits © Willy Vainqueur
URL http://syria.revues.org/docannexe/image/4739/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frank Braemer, « Jean Sapin(Vançais, 6 octobre 1930 – Lusignan, 20 avril 2015) », Syria, 93 | 2016, 427-429.

Référence électronique

Frank Braemer, « Jean Sapin(Vançais, 6 octobre 1930 – Lusignan, 20 avril 2015) », Syria [En ligne], 93 | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://syria.revues.org/4739

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Revues.org