Navigation – Plan du site
Recensions

Françoise Briquel-Chatonnet, Alain Desreumaux, Jacob Thekeparampil, Recueil des inscriptions syriaques, t. I, Kérala

Jean-Baptiste Yon
p. 455-457
Référence(s) :

Françoise Briquel-Chatonnet, Alain Desreumaux, Jacob Thekeparampil, Recueil des inscriptions syriaques, t. I, Kérala, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Diffusion De Boccard, Paris, 2008, 248 p., 154 ill. dont 4 en couleurs, ISBN : 2-87754-208-1.

Texte intégral

  • 1 Le plan prévu était le suivant : Pars I. Inscriptions phéniciennes, puniques et néo-puniques. Pars  (...)

1Quand l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, sous l’impulsion d’Ernest Renan, lança le 17 avril 1867 le vaste projet de corpus des inscriptions sémitiques (Corpus inscriptionum semiticarum), celui-ci était prévu pour « contenir tous les textes anciens en langues sémitiques, écrits en caractères sémitiques » entre la fin du IIe millénaire et les premiers siècles de notre ère jusqu’à l’Hégire. L’épigraphie akkadienne, qui forme un domaine particulier, ne faisait pas partie du plan proposé, mais plus curieusement le syriaque, pourtant bien attesté avant l’Hégire, n’était pas non plus explicitement inclus dans la deuxième partie qui comprenait les inscriptions araméennes1.

2Par nature, les corpus ne sont pas exhaustifs et sont toujours en retard sur la recherche, et l’épigraphie araméenne, telle qu’elle est représentée dans le CIS, ne fait pas exception : il suffit de comparer les 723 inscriptions palmyréniennes du corpus paru avant la seconde guerre mondiale (no 3901-4624) aux plus de 3 000 numéros recensés dans le recueil de D. R. Hilbert et E. Cussini (Palmyrene Aramaic Texts, Baltimore) en 1996. On sait aussi comment, très vite, pour pallier les lenteurs et les difficultés inhérentes à la tâche, le Répertoire d’Épigraphie sémitique fut créé afin de présenter plus rapidement les nouvelles découvertes. Plus tard, après l’abandon du CIS dans sa forme primitive furent créées de nouvelles collections plus modestes consacrées aux inscriptions sudarabiques (Corpus des Inscriptions et Antiquités sud-arabes et Inventaire des Inscriptions sudarabiques).

  • 2 F. Briquel-Chatonnet, M. Debié & A. Desreumaux (éd.), Les inscriptions syriaques (Études syriaques (...)

3Il manquait donc toujours une collection consacrée au syriaque, avant que le projet ne soit lancé par A. Desreumaux et A. Palmer au début des années 1990. Il a depuis reçu le soutien de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et, sous la direction d’A. Desreumaux et de Fr. Briquel-Chatonnet, le programme est maintenant bien lancé, puisque après un volume d’études générales sur les différents domaines géographique2, le t. I est donc paru à la fin de l’année 2008, et d’autres volumes (dont celui sur les inscriptions d’Iraq, par A. Harrak) sont d’ores et déjà annoncés.

  • 3 The Old Syriac Inscriptions of Edessa and Osrhoene. Texts, Translations and Commentary (Handbuch de (...)

4On signalera également qu’un projet connexe, mais explicitement lié, a fourni en 1999 un volume consacré à l’ancêtre immédiat du syriaque, qu’on appelle par commodité « araméen édessénien » (ou « old Syriac » en anglais). En effet, l’ouvrage de H. J. W. Drijvers et J. F. Healey est explicitement présenté comme une contribution au projet mené par A. Desreumaux et Fr. Briquel-Chatonnet3, même s’il regroupe des inscriptions qui forment une catégorie bien à part de l’ensemble communément désigné comme « syriaque » (inscriptions païennes, état ancien de la langue).

5L’épigraphie syriaque du Kérala émane d’une communauté très marginale par rapport au monde syriaque « classique ». Le paradoxe est donc que la collection débute par un volume consacré au monde indien, et à des inscriptions dans leur immense majorité très récentes. Comme le notent les éditeurs, des textes syriaques continuent encore de nos jours à être gravés au Kérala (p. 26 ; voir par ex. Ayamkudy 2 datée de 1998) et il n’est pas douteux que l’intérêt nouveau porté à cette épigraphie concourt à la vitalité de sa pratique.

  • 4 Kottayam 1, et non 2, malgré ce qui est écrit p. 22, n. 10 et p. 26.
  • 5 Comme ailleurs, l’écriture est fonction de la communauté concernée, estrangela pour les plus ancien (...)

6Précédé d’une introduction détaillée (historique et épigraphique), le catalogue rassemble une centaine d’inscriptions inédites (une seule était précédemment connue4) qui renseignent sur la vie et la culture des communautés chrétiennes de cette province du sud-ouest de l’Inde (syro-malabare, syro-orthodoxe, syro-malankare et syro-orientale). Les textes sont illustrés (photos et parfois calques), transcrits dans une police (syriaque) normalisée (estrangela, serto ou écriture syro-orientale de forme « kéralaise »5) de même style que l’original, et suivis d’une traduction et d’un commentaire épigraphique, philologique et historique. Le classement adopté, par localités (classées elles-mêmes dans l’ordre alphabétique) et par numéro d’ordre au sein de la localité, est évidemment « ouvert », ce qui facilite les ajouts, mais ne rend pas la consultation et les comparaisons très aisées.

  • 6 Le texte palhevi n’est malheureusement pas traduit, alors que l’étude qui le concerne n’est pas fac (...)
  • 7 Il s’agit dans la plupart des cas de fausses bilingues, puisque les textes dans les différentes lan (...)

7Plusieurs points d’intérêts sont à signaler, comme la présence d’une inscription bilingue palhevi (moyen perse)-syriaque (Kottayam 1), qui est en même temps sans doute la plus ancienne du corpus (xvie s. ou postérieure)6. D’autres inscriptions utilisent également un garshuni malayalam dans lequel l’écriture syriaque (enrichie) transcrit la langue locale, langue pour laquelle on trouve aussi l’écriture locale, dérivée des écritures indiennes classiques. Le multilinguisme est d’ailleurs un trait courant dans ces communautés, puisqu’on trouve aussi bien des bilingues malayalam-syriaque que syriaque-anglais (Chengannur 1) ou syriaque-latin (Kaduthuruthy 2)7. Deux inscriptions sont datées de la fin du xvie s., mais le corpus dans sa majorité date des xixe et xxe s. et donne peu de renseignements de caractère historique.

  • 8 Voir pour le judaïsme, la communauté des Beni Israël, dans la région de Bombay, dont l’origine myth (...)

8Même s’il paraît étranger aux domaines habituels de la revue Syria, l’ouvrage est néanmoins d’un grand intérêt, non seulement parce qu’il inaugure une collection amenée à intéresser au plus haut point les spécialistes de l’Orient, antiquisants aussi bien que médiévistes ou modernistes, mais aussi par les lumières qu’il jette sur une région méconnue, dont les liens avec l’Orient, y compris aux époques hellénistique et romaine, sont importants8. C’est de ce point de vue, dans les parallèles possibles avec les périodes plus anciennes, que les lecteurs de Syria tireront le plus de profit de ce catalogue d’inscriptions.

  • 9 Seules quelques rares sources comme Cosmas Indicopleustès ou Marco Polo renseignent sur l’existence (...)

9Comme on le sait, les communautés chrétiennes d’Inde remonteraient à l’évangélisation faite par Thomas au IIe s. de notre ère. Pourtant, et le cas est pratiquement semblable pour les communautés juives, presque toute la documentation disponible date au mieux du xve ou du xvie s., c’est-à-dire de l’arrivée des Européens (principalement des Portugais) à la Renaissance9. La volonté de « latiniser » et de détacher les communautés de l’Église dite « nestorienne » conduisit à la disparition des documents plus anciens. L’existence de liens au xixe s. (Kothamangalam 5, Rakkad 1) entre la Haute Mésopotamie (Tūr ‘Abdīn, Urfa) et certaines églises montre également que, parmi les chrétiens, certains voulurent renouer avec les communautés proche-orientales, ce qui explique l’appel au patriarche syro-orthodoxe d’Antioche. Il est difficile de faire la part de ce qui est une simple création de liens depuis longtemps rompus ou au contraire la poursuite de liens qui existaient réellement depuis l’Antiquité (avec les Églises « nestoriennes » de Mésopotamie). Il apparaît clairement que le métropolite syriaque orthodoxe du Malabar Qūrillos Yūyaqim, originaire du Tūr ‘Abdīn, joua au milieu du xixe s. un grand rôle dans l’affirmation de liens entre son Église et le siège patriarcal d’Antioche (voir introduction, p. 24-25, et index des noms propres, p. 238, pour les attestations épigraphiques). Il avait été précédé dès le xviie s. par plusieurs voyageurs envoyés d’Antioche. Néanmoins, c’est sans doute l’action de Qūrillos Yūyaqim (et plus généralement sans doute du clergé de son époque) qui d’une certaine manière redonna vigueur à la composante syriaque du christianisme indien ; il est significatif que les inscriptions, pour la plupart, sont postérieures à son épiscopat.

10Il faut donc féliciter les auteurs, dont deux sont de plus à l’origine du projet dans son ensemble, pour cet ouvrage fort bien réalisé, premier d’une série qui remplira une lacune regrettable dans les grands corpus d’épigraphie sémitique.

Haut de page

Notes

1 Le plan prévu était le suivant : Pars I. Inscriptions phéniciennes, puniques et néo-puniques. Pars II. Inscriptions araméennes, palmyréniennes et nabatéennes. Pars III. Inscriptions hébraïques. Pars IV. Inscriptions himyarites et sabéennes. Pars V. Inscriptions saracéniennes, lihyanites, safaïtiques et thamoudéennes. La troisième partie n’a jamais été entamée, à la différence des quatre autres, publiées entre 1881 et 1962 (même si, depuis, deux corpus consacrés à l’hébreu ancien ont paru dans les années 1990). Pour l’état de la bibliographie et les progrès réalisés depuis les différents volumes du corpus, on se reportera principalement à Fr. Bérard, D. Feissel et al. (éd.), Guide de l’épigraphiste 3, Paris, 2000, ainsi qu’aux différents suppléments parus depuis lors (http://www.antiquite.ens.fr/publications/guide_fr.htm).

2 F. Briquel-Chatonnet, M. Debié & A. Desreumaux (éd.), Les inscriptions syriaques (Études syriaques 1), Paris, 2004.

3 The Old Syriac Inscriptions of Edessa and Osrhoene. Texts, Translations and Commentary (Handbuch der Orientalistik I, 42), Leyde/Boston/Cologne, 1999, p. vii : « This book is a by-product of a larger CNRS-sponsored project under the direction of M. Alain Desreumaux and Mme Françoise Briquel-Chatonnet aimed at producing a complete and systematic corpus of all Syriac inscriptions. We were given the particular task of dealing with the pre-Christian Syriac inscriptions and the present volume is the first step. »

4 Kottayam 1, et non 2, malgré ce qui est écrit p. 22, n. 10 et p. 26.

5 Comme ailleurs, l’écriture est fonction de la communauté concernée, estrangela pour les plus anciennes inscriptions de la tradition syro-orientale et pour l’Église apostolique de l’Orient, syro-orientale pour l’Église syro-malabare, serto pour l’Église syro-occidentale. L’écriture orientale kéralaise est tout à fait déroutante pour un syriacisant « classique » (voir par ex. la belle photo couleur de Mannanam 2, p. 32). Le dédale des appartenances communautaires est d’ailleurs difficile à suivre, puisque toutes les communautés ont connu scissions, fusions et rattachements aux grandes églises occidentales et proche-orientales depuis au moins l’arrivée des Portugais au xvie s.

6 Le texte palhevi n’est malheureusement pas traduit, alors que l’étude qui le concerne n’est pas facilement consultable. Sa présence en ces lieux en fait un des rares témoignages sur l’Église syriaque médiévale ; le texte syriaque est peut-être plus récent (voir p. 22).

7 Il s’agit dans la plupart des cas de fausses bilingues, puisque les textes dans les différentes langues ne disent pas nécessairement la même chose.

8 Voir pour le judaïsme, la communauté des Beni Israël, dans la région de Bombay, dont l’origine mythique remonte aux débuts de l’ère chrétienne, ou celle dite « de Cochin », dans le Kérala.

9 Seules quelques rares sources comme Cosmas Indicopleustès ou Marco Polo renseignent sur l’existence de communautés chrétiennes au Malabar.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Yon, « Françoise Briquel-Chatonnet, Alain Desreumaux, Jacob Thekeparampil, Recueil des inscriptions syriaques, t. I, Kérala », Syria, 87 | 2010, 455-457.

Référence électronique

Jean-Baptiste Yon, « Françoise Briquel-Chatonnet, Alain Desreumaux, Jacob Thekeparampil, Recueil des inscriptions syriaques, t. I, Kérala », Syria [En ligne], 87 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://syria.revues.org/872

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Revues.org